Bienvenue sur NOX REVENGE
Forum RPG sur Harry Potter


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


anipassion.com
Partagez | 
 

 Cérémonie, Torture, Interrogatoire : La routine quoi ! [ Fe Miceline ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Cérémonie, Torture, Interrogatoire : La routine quoi ! [ Fe Miceline ]   Jeu 4 Aoû - 10:05

Dans l’épisode precedent :

Michael Terragone est enfermée dans une prison d’Europe de l’Est. Richard, par un concours de circonstances vient le chercher détruisant la prison au passage. L’emmenant dans un lieu sur, l’une de ses bases, il lui fait retrouver une ancienne amie et collaboratrice avant de parler négociation concernant les hommes qui souhaitaient la mort de Michael. Malheureusement ils sont interrompus par une tentative d’incursion de la part d’hommes venant visiblement de la part de l’Eglise Catholique, ou quelque chose du genre, et maintenant, reprenons au moment ou Mira allait passer Assassin du Premier Ordre.

20h. Il était temps. La salle du Conseil située au troisième étage de cette base se trouvait désormais remplie de la plupart des Assassins présents au sein de l'infrastructure. Les autres étant en missions, ils étaient tout pardonnés. La base comprenait environ deux cents personnes, si ce n'est plus, enfin en enlevant ceux en missions, ils devaient être une centaine, un peu plus. La salle était une parfaite reproduction de celle présente aux Etats-Unis. Un grand hémicycle, une longue allée centrale en direction vers une sorte d'estrade. L'ordre était bien établi, les premiers rangs étant ceux des Assassins du Premier Ordre, puis venait le Second Ordre et les Apprentis. Mais tous avaient revêtus l'uniforme d'apparat en quelque sorte. Des rangers cirés, propres comme des sous neufs, le pantalon de cérémonie avec de fines bandelettes le long des flancs, de couleurs différentes selon le rang, la veste, foncée bien entendu, avec les bandelettes autour des bouts des manches. Même si cela semblait dérisoire face à d'autres attirails, c'était surtout pratique, sans oublier les protections présentes dans ces vestes, autant contre les armes à feu que contre les charmes magiques et autres, et la capuche, toujours, avec son sortilège. Les seuls n'en ayant pas mis étaient finalement Richard et Helen. Lui en tant que Seigneur de la Confrérie, elle, en tant que présidente de la cérémonie et commandante de cette base.

Helen à première vue semblait être la femme fragile par excellence, fine, mais cela cachait son jeu. Peut-être pour cela qu'elle était arrivée à ce niveau. Son habit d'apparat comportait de légères distinctions supplémentaires signe de sa position ici-même. Sa longue chevelure n'était pas attachée, la laissant fluide. Elle était belle, les formes généreuses, sans nul doute, mais une beauté empoisonnée pour ses victimes cependant. Elle était debout sur cet estrade, derrière elle, Richard était installé dans une sorte de fauteuil, pas un trône, simplement un fauteuil. Il n'était pas roi. Il n'y avait pas de couronne. La seule chose notable qui pouvait changer par rapport à ses habits de toute à l'heure était peut-être le ceinturon qu'il avait, portant une épée avec un pommeau ancien à première vue, fait en ivoire, il dégageait sa propre autorité dans son complet, les fines bandelettes en or étant plus importantes chez lui que chez les autres, une de plus à chaque endroit. A ses côtés, se tenant à côté du fauteuil, une main sur le haut du fauteuil, Enrique, haute stature d'environ 1m90, costaud, caché sous sa capuche, il souriait, les canines légèrement sortis. Son aura presque ténébreuse pourrait en faire trembler plus d'un.

Deux hommes, des Assassins du Premier Ordre étaient partis chercher Mira, comme le voulait la coutume. Chaque personne présente ici, portait sur lui son arme de prédilection, une arme forgée par leur forgeron, une arme unique pour chacun des Assassins du Premier Ordre. Mira allait également avoir la sienne ce soir. Ce n'était qu'une arme vous me direz ? Peut-être plus vu les enchantements que leurs créateurs mettaient dessus selon la volonté des possesseurs de ces armes. Elle serait escortée jusqu'ici par ces deux gardes. Nul doute que Michael y participerait, d'ailleurs, exceptionnellement, une place lui était gardée au premier rang. Dimitri était également là. On lui avait donné des vêtements, ce qu'il avait voulu pour cette cérémonie. Il avait été bien traité. Avant que Mira n'entre, les deux Assassins avaient fait pénétrer Michael pour le placer avant d'aller ouvrir les portes et de laisser la place à Mira. La cérémonie pouvait commencer.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Michael Terragone
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 514
Age : 24
Célébrité : Simon Baker
Avatar © : White Rabbit
Doubles-Comptes : James Vega



Journal de Bord
Age du Personnage : 34
Patronus : Loup Blanc
Métier : Courtier


MessageSujet: Re: Cérémonie, Torture, Interrogatoire : La routine quoi ! [ Fe Miceline ]   Jeu 4 Aoû - 10:20




CÉRÉMONIE, TORTURE, INTERROGATOIRE...
« ... La routine quoi ! ... »


feat Michael Terragone.Richard D. Rahl.Mira Anandi




19h et quelques. Mira et moi - puisqu'elle m'avait cordialement invité - partons pour le troisième étage. A première vue, c'est là que ce trouvait le lieu cérémonial. J'étais désireux de savoir à quoi ressemblait une salle de cette envergure là. Nous étions alors suivi par l'assassin qui m'avait accompagné dans son appartement plus tôt. Aucun de nous trois lâchent un seul mot. C'est dans un silence funèbre que nous avancions à travers plusieurs couloirs. L'ascenseur qui menait droit à cet étage était plus imposant, voire spectaculaire. Il était placé au milieu d'un parc artificiel. Et avant de pouvoir l'emprunter, nous avions du escalader une rampe. Je trouvais que ça faisait un peu beaucoup, mais soit. C'était toujours mieux construit que sur mon île.

A cet instant là, l'homme de main nous abandonna, saluant la nommée. Je lui adressa un signe de remerciement, comme l'a fait mon amie. Peut-être était-ce permis que pour les habitués de la Confrérie, mais il fallait avouer que je m'amusais bien à traverser ce nouveau monde. Surtout dans cet accoutrement. Après tout, la dernière fois que je l'avais utiliser, c'était pour monter mon dragon et attaquer un bataillon d'aurors asiatiques. Ici, la situation était quelque peu différente. Il n'y avait ni dragon, ni nippons, ni combat. Juste un calme pesant. Et une longue attente avant d'arriver en haut.

Mais ça en valait le coup. Outre le comité d'accueil, c'était réellement impressionnant. Déjà, il fallait grimper un escalier rien que pour atteindre le cortège qui l'attendait. Deux hommes, munis de vêtement soigneux et soyeux. Je me demandai à quoi ils servaient - avaient-ils peur qu'elle se fasse attaquer avant d'atteindre la réunion ? Enfin cela n'avait pas d'importance. Elle me pria d'attendre ici, au pied des marches. J'acquiesçai en signe de compréhension et la laissa partir avec ses alliés, qui la saluèrent en bon et dû forme.

Une autre assassine vint me chercher quelques secondes après. Nous ne prîmes pas le même chemin que Mira. Je n'eus même pas le droit de "souiller" les "marches célestes". Néanmoins, je pouvais m'en priver. Car le spectacle, comme je le disais auparavant, était extraordinaire. Une bonne centaine de fidèle étaient réunis ici-même. Et en réalité, pour atteindre ma place, j'étais passé par le flanc. On m'avait ainsi placer aux premières loges. Juste à côtés de Dmitry, qui était aussi émerveillé que moi à la vue de tout ses tueurs et de la beauté de l'endroit. Évidemment, on faisait un peu cloche avec nos vêtements. Déjà, on était pas encapuchonnés. Et ensuite, on ne correspondait pas tout à fait au code couleur mis en place. Quoi qu’étant donné que l'allure du lycanthrope, il semblait évident qu'on lui avait confier des habits de la Confrérie. Ça changeait de ses goûts vestimentaires, par ailleurs.

Mais je n'étais pas là pour faire traité de mode. J'étais là pour assister à un acharnement de toute une vie pour Mira. Pour les peu de responsabilités que j'avais dans cette histoire, j'étais tout de même fier d'elle. Je la vis lentement venir vers nous, sur cette allée centrale. Une femme l'attendait ; la même qui avait seconder Richard lors de la mission d'évacuation. Celui-ci était confortablement rangé sur son fauteuil, accompagné de ce qui semblait être son homme de main. Il était aussi imposant que Dmitry, pour ce que je pouvais en dire. De ce que j'en savais, voilà qui devait être le gratin des assassins. Les plus haut placés réunis devant, qui attendait leur digne apprentie. Là, je comprenais mieux la nécessité du silence et de la tranquillité. C'était un moment d'une étrange intensité, qui transmettait là toute le sagesse de la corporation. Oui, je comprenais mieux la mythologie de la Confrérie. J'avais saisis, avant même que cette cérémonie commence, l'importance de la loyauté qu'on lui accordait. Et ça me laissait sans voix.

Enfin bref. Perdu dans mes pensées, je n'avais pas remarqué que Mira était arrivé à mon niveau. La voilà prête. La célébration pouvait débuter.


_________________


    « ... I'm frozen to the bones, I am
    A million mile from home, I'm walking away... »
    Quote © WOODKID ▬ Icons © PEAK77



Dernière édition par Michael Terragone le Jeu 4 Aoû - 11:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Re: Cérémonie, Torture, Interrogatoire : La routine quoi ! [ Fe Miceline ]   Jeu 4 Aoû - 10:23

Le moment était venu. Mira était devant eux, debout, face à l'estrade dont ils - le gratin du gratin - surplombait tout le monde. Personne ne s'était rassi, de toute façon ce n'était pas demandé. Il y avait un protocole à respecter après tout. Tout restait étrangement silencieux finalement, presque comme un silence religieux, mais c'était tout autre. Une atmosphère bien particulière régnait dans ce lieu. Autant un sentiment mêlant la loyauté, la fidélité, l'honneur et le respect. Tous étaient fiers de voir cela arriver, personne n'aurait voulu le manquer en fin de compte. Helen s'avança quelque peu, jusqu'à poser une main sur l'épaule de Mira, avant de proclamer ses premières paroles durant cette cérémonie.

"A genoux."

Difficile de dire qu'il y avait beaucoup de choses à dire ici, non, pas de paroles inutiles, tout était dans les gestes désormais. Rien ne devait finalement casser ce moment si particulier pour chaque Assassin souhaitant arriver à ce stade. Richard observait cela, certes, habituellement, il n'était pas très cérémonie, mais dans celles-ci, il faisait toujours une exception, d'autant plus qu'il devait assister à toutes, de part son rang quelque part. Une marque de respect envers la nouvelle venue mais également la marque d'autorité de la Confrérie. Helen descendit les quelques marches de l'estrade pour venir se poser derrière Mira, posant les mains sur ses épaules. Certes comparée à Mira, Helen pouvait paraître plus petite, plus menue aussi, et pourtant son autorité était plus imposante, son charisme plus fort que celui de Mira, et puis Mira était restée à genou comme le voulait la tradition. Plasmodiant des mots inaudibles même pour ceux du premier rang, une effluve magique se fit sentir au travers de la salle. Comme si celle-ci répondait à l'appel en fin de compte.

La veste de Mira commença lentement à changer, prenant un ton plus sombre visiblement, la fine bandelette or qu'elle possédait jusqu'à maintenant, se dédoubla au niveau de chaque manche de la veste, comme si les vêtements étaient animés de magie, le pantalon suivit le même exemple. Helen finit de plasmodier ces quelques mots quand une douce lumière prit forme, comme pour finaliser l'enchantement ou autre. Quand la lumière se ternit, redonnant son aspect calme et silencieux aux alentours, Helen souriait, les mains sur les épaules de Mira. Ce n'était pas un grand cérémonial, pas de frou-frou, pas de sons de cloches, tout était dans une certaine forme de simplicité, mais tout en restant solennel, sobre.


"Relèves toi."

Helen revint au devant de Mira, lui souriant, vraiment, un vrai sourire, comme si elle était fière d'elle, ce qui était le cas, avant de venir l'embrasser sur les deux joues, signe de son accord concluant ainsi l'enchantement du moment. On aurait pu croire que tout ceci était terminé. Richard se leva, comme à chacune de ces cérémonies. S'avançant vers elle, la main droite sur son pommeau d'ivoire, il la fixa dans les yeux, la soudant quelques instants. La voyant garder le contact visuel, il sourit, avant de se poser juste devant elle. Sortant une dague en or, il s'entailla la paume de la main droite qui avait lâché le pommeau, tandis que Mira dévoilait légèrement sa peau, détachant sa veste pour laisser entrapercevoir par Richard, le croissant de lune présent au-dessus de son sein gauche, avant que celui-ci ne posa sa main dessus, sans arrière pensée. Plasmodiant quelques paroles, le croissant s'éclaira quelques instants avant de s'éteindre. Richard sourit, enlevant sa main, la laissant remettre la veste avant de venir également l'embrasser sur les deux joues.

Enrique qui se trouvait toujours au même endroit, descendit également des marches, elle était, avait été son apprentie, et il n'avait que faire du protocole, pour cela qu'il ne se gêna pas pour la prendre dans ses bras et la soulevait quelques instants, avant de la reposer, heureux pour elle. D'ailleurs bien qu'on ne voyait pas son sourire, avec les belles canines, elle devrait le ressentir. Cela aurait pu en faire rire certains, mais tous gardaient une certaine retenue. Helen retourna par la suite son attention vers la foule présente avant de déclarer solennellement.


"Elle est et restera des vôtres, Mira Assassin du Premier Ordre."

D'un commun accord, tous se mirent à genou face à elle, finalisant la cérémonie par cette acceptation de la part de la Confrérie en entier, de cette nouvelle entrée. Cela dura quelques instants avant qu'ils ne se relèvent à nouveau et que chaque groupe, chaque Assassin quitte l'assemblée silencieusement, respectant toujours le silence de ce lieu, peut-être même pour faire la fête ou en tout cas, tous se retrouvaient au réfectoire fêtait quelque peu ça, car il y avait toujours un after. Ne restant désormais sur place qu'Helen, Enrique, Mira, Michael, Dimitri et Richard bien entendu. Richard qui avait déjà soigné sa coupure, ce n'était sa première fois. Qui prendrait la parole maintenant ? Laissons quand même Michael venir la féliciter, surtout qu'il n'était pas encore habitué à tout cela.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Michael Terragone
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 514
Age : 24
Célébrité : Simon Baker
Avatar © : White Rabbit
Doubles-Comptes : James Vega



Journal de Bord
Age du Personnage : 34
Patronus : Loup Blanc
Métier : Courtier


MessageSujet: Re: Cérémonie, Torture, Interrogatoire : La routine quoi ! [ Fe Miceline ]   Jeu 4 Aoû - 11:11





CÉRÉMONIE, TORTURE, INTERROGATOIRE...
« ... La routine quoi ! ... »


feat Michael Terragone.Richard D. Rahl.Mira Anandi




Tout au long de cette énigmatique cérémonie, je restai assis à attendre une occasion d'agir. Elle ne dura pas bien longtemps, et malgré ça et sa symbolique mise en scène, mes muscles avaient doucement commencé à ankyloser. Il fallait dire que je n'étais pas réellement dans une position appropriée pour suivre tout ça ; surtout d'un œil extérieur. Ajouté à cela que j'avais passé ses derniers mots dans une position allongé ou accroupi, il était clair que j'allais devoir subir un entrainement si je voulais de nouveau assister à ça.

Toujours est-il que je trouvais ça intriguant, intéressant et élégant. Les gestes précis de la maitresse cérémonielle était d'une justesse incroyable et on ressentait une nouvelle fois le sérieux et l'importance de cette nomination. Quant à Mira, humble comme à son habitude, je la trouvai magnifique - et n'y voyez pas de faux sous-entendus. Sa tranquillité et sa sobriété forçait le respect. De plus, la magie qu'utilisait sa supérieure était une découverte que j'abordai avec délicatesse oblige. Jamais je n'avais vu une telle chose. Autant j'avais accompli des sorts impressionnants dans ma vie, et j'en avais vu de plus beaux, ce dernier demeurait modeste à souhaits. Ce qui en faisait quelque chose d'encore plus beau.

Mais ce qu'il y avait de plus exceptionnel encore, c'était la complicité. Malgré que Richard soit autoritaire ou que son "assistante" soit quelque peu rabat-joie - et un tantinet sadique avec les lycan - ils étaient venu embrasser les joues de Mira. On aurait dit qu'elle était vraiment devenu l'une des leurs et qu'elle avait passé un véritable cap. Ce qui était sûrement le cas, soit dit en passant. Elle était devenu Assassin du Premier Ordre. Dans les détails, j'ignorais ce que ça signifiait mais je savais de source sûre que c'était le plus haut palier de la Confrérie. Et pour ce que j'en connaissais, j'étais fière d'elle.

Alors je ne me fis pas prier. Attendant calmement que la foule s'efface et parte retourner à ses occupations, je m'avançai pour féliciter mon ancienne équipière. Bougeant difficilement, j'arrivai tout de même à destination et je la serrai délicatement ; oui car je me sentais légèrement épier par le bras-droit de Richard. Il ne m'inspirait pas confiance et à première vue, Dmitry était de mon avis puisqu'il avait grommelé à voix basse dès qu'il l'avait aperçu.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Félicitations, Mira Anandi, Assassin du Premier Ordre.

J'avais bien insisté sur ces derniers mots, espérant que quelqu'un m'explique enfin cette histoire de hiérarchie. Mais visiblement, personne ne se bouscula au portillon. Seul Dmitry me bouscula légèrement pour pouvoir enlacer Mira à son tour, surveillant toujours l'autre homme sombre du coin de l’œil. Je supposai donc que la cérémonie était désormais terminée. Et maintenant, quelle pouvait bien être la suite de ma destinée ici ? Allait-on encore m'inviter quelque part ?


_________________


    « ... I'm frozen to the bones, I am
    A million mile from home, I'm walking away... »
    Quote © WOODKID ▬ Icons © PEAK77



Dernière édition par Michael Terragone le Jeu 4 Aoû - 11:22, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Re: Cérémonie, Torture, Interrogatoire : La routine quoi ! [ Fe Miceline ]   Jeu 4 Aoû - 11:14

Visiblement Enrique n'avait pas l'air de plaire, c'était compréhensible vous me direz. Surtout pour Michael et Dimitri, qui avaient l'air assez proches de Mira. Enfin est-ce que cela avait l'air de choquer Enrique ? Bien au contraire, sous la capuche, le sourire, canines sorties, montrait clairement au combien la situation l'amusait en fin de compte. Richard secoua légèrement de la tête. Bien visiblement Michael aurait aimé des réponses, et personne ne répondait. Pour l'instant laissons le dans le brouillard. Il ne faisait pas parti de la Confrérie après tout, et ils étaient légèrement paranoïaques sur les bord, alors dévoiler comment fonctionnait leur organisation cela n'arriverait pas vraiment maintenant. D'ailleurs Richard esquissa un sourire amusé face à la demande subtile de Michael, mais visiblement personne ne l'ouvrirait s'il n'en donnait pas l'ordre ou son assentiment.

"Tu peux te retirer Mira, il t'attend à la forge. Tu l'accompagnes."

En direction d'Helen. C'était dingue quand même à quel point visiblement on était paranoïaque, il ne parlait même pas, ne disait jamais les prénoms des autres, sait-on jamais. Mais bon on avait vécu là-dedans depuis bien longtemps, du coup, cela restait ancré. Enrique derrière lui, ne bougeait même pas un cil, pas impressionné par deux sous par les deux nouveaux énergumènes de service. Bien il serait temps de passer à autre chose désormais.

"Tu attends peut-être une réponse à ta question sous-entendue là ? Plus tard."

Le plus tard équivalait surtout à "quand j'aurais confiance" en fin de compte. Enfin toujours est-il qu'on n'allait pas rester cent sept ans dans les parages, d'autant plus que les filles étaient sorties, pour que Mira puisse recevoir son arme personnalisée. Quand à eux, il y avait bien quelque chose à faire, peut-être que cela aiderait Richard à prendre sa décision le concernant.

"Hum, nous avons gardé le chef des abrutis qui ont essayé de faire leur loi toute à l'heure, peut-être que tu aimerais le voir ?"

Question rhétorique après tout non ? En tout cas Richard n'attendit pas vraiment avant de commencer à s'avancer vers la sortie. Enrique restait derrière, obligeant en fait les deux à le suivre. D'ailleurs si Dimitry poussait un grognement, Enrique avait déjà le sourire avec les canines de sortie, cela luisait presque au travers de la capuche, d'autant plus que lui, la magie ça fonctionnait pas, il était juste caché par l'ombre en fin de compte. En tout cas, ils n'avaient plus qu'à suivre. On sortit de la salle de cérémonie ou plutôt de la salle de conseil qui se situait au troisième pour rejoindre l'ascenseur. Une fois tout le monde dedans, gardant toujours son uniforme d'apparat, visiblement, il n'avait pas l'intention de l'enlever, il les fit descendre à des niveaux inférieurs aux rez-de-chaussée. La descente ne prit pas longtemps pour qu'au final, ils arrivent à des niveaux avoisinants les -2 ou -3, à quelques dizaines de mètres sous la surface de la mer.

L'endroit était plus lugubre que le reste, en tout cas plus sombre. Des gardes se trouvaient là, des Assassins aussi en tout cas. La lumière était présente, mais les alentours n'étaient pas décorés. Plusieurs couloirs d'ailleurs en sortant de l'ascenseur et en marchant on pouvait voir qu'en passant tout droit, des couloirs adjacents se trouvaient avec des cellules. Richard s'arrêta en fin de compte devant une porte avant de l'ouvrir.


"Après vous."

Il laissa entrer Dimitri et Michael et stoppa Enrique.

"Si vous le faites parler, peut-être que cela améliorera le marché."

Un défi en quelque sorte. Il referma la porte, laissant ainsi Michael et Dimitri dans la pièce. Un homme s'y trouvait, menotté à une chaise. Et pendant ce temps, Richard et Enrique étaient partis dans la salle juste à côté, avec un miroir sans teint, avant de mettre les micros en marche, histoire d'entendre la conversation. Voyons de quoi il était capable.

"Tu es sur de toi ?"
"Il a été et restera comme l'un de mes meilleurs apprentis, même si cela n'a pas duré."
"Nous verrons."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Michael Terragone
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 514
Age : 24
Célébrité : Simon Baker
Avatar © : White Rabbit
Doubles-Comptes : James Vega



Journal de Bord
Age du Personnage : 34
Patronus : Loup Blanc
Métier : Courtier


MessageSujet: Re: Cérémonie, Torture, Interrogatoire : La routine quoi ! [ Fe Miceline ]   Dim 7 Aoû - 22:41






CÉRÉMONIE, TORTURE, INTERROGATOIRE...
« ... La routine quoi ! ... »



Il m'arrivait encore de me demander comment j'avais fait pour arriver là. Comment est-ce qu'en si peu de temps, j'avais pu faire pour passer d'un camp à l'autre ? Je ne l'expliquai pas. Ce n'était pas quelque chose que je pouvais arriver à justifier normalement. Il y a un an, j'avais été engagé par ceux qui m'avaient asservi et protégé pour trouver et tuer l'homme qui m'inspirait désormais respect. Il y a un an, j'étais à la tête d'une organisation qui ne trafiquait que des mots. Jour pour jour, il y a un an, j'étais avide de pouvoir et disgracieux. Et aujourd'hui, où en étais-je ? J'avais été trahi et poignardé dans le dos par mon propre Monde. La cible qu'on m'avait attribuée était celle qui avait faillit mettre fin à ma vie. J'ai vu cette dernière défiler devant mes yeux à une vitesse frisant l'indescriptible. A cette époque, je voulais crier à l'injustice. Je voulais me venger plus que tout. Découper les politiciens qui avaient osé me piéger. Moi. L'intrépide courtier en information.

Mais à présent, je me rendais compte de quelque chose : tout ce que j'avais construit était basé sur l'unique enseignement de mon père. Je me rendais compte que malgré toutes mes émotions, mes aventures, mes passades... Je n'avais été le fruit que d'une expérience pour mon géniteur... Il m'avait façonné à sa façon et j'étais devenu exactement comme lui. Impassible, impitoyable, imbu de lui-même, assoiffé de prestige et de puissance. Toute ma misérable existence ne se résumait qu'à un vulgaire clonage psychologique. Je n'étais même pas... moi-même.

Était-ce pour ça que j'étais si calme devant tout ses assassins ? Croyez-le ou non, cette longue période au cachot m'a fait prendre conscience de toute cette mascarade. J'étais passé par plusieurs états : le déni, la tristesse, la mélancolie, l'acharnement, la complète solitude. Il n'y avait qu'un seul sentiment qui ne m'avait pas traversé. Ce sentiment qui nous envahit tous, nous, simples humains. Sang purs, mêlés, moldu, cracmoles. Nous étions fabriqué de la même façon. Au fond de nous, il y avait cette bombe qui ne demandait qu'à exploser : la colère. Une colère qu'il est tellement impossible à contenir qu'elle s’incruste dans chaque fibre de notre être. Certains ne verront jamais sonner leurs passagers noirs. D'autres se laissent glisser au fond de cette marrée de haine. Et ils finissent laver de toute humanité, condamné à devenir les bourreaux de leur propre réalité.

C'était philosophique n'est-ce pas ? Mais ne croyez pas que cela vienne de moi. Non, cela vient d'un vieil ami : Etherius. Cet étrange alchimiste, génie des sciences occultes, n'était pas le plus loyal de mes agents. Cependant, pour ce que je pourrais en dire, il serait le seul à qui je pourrais confier ma destinée. J'avais beau le trouver aussi prétentieux que je le pouvais et le détester dans des moments d'ultimes désarrois, il était la personne la plus intelligente que j'avais connu jusque là. Bien que sa conception de la fatalité était autant inhabituelle que le personnage, il m'avait confié l'une de ses recherches les plus atroces : l'unique torture. Oui, parce qu'il avait bien du chercher milles et unes monstruosités pour mes anciens commanditaires. Celle-ci était la plus inhumaine de toute. Elle n'infligeait pas que des supplices mentaux ou physiques. Cette torture touchait l'âme au plus profond. Elle atteignait cette composition si abstraite et si fragile d'une façon infiniment cruelle. Il ne m'a, en revanche, pas raconté comment on pouvait accéder sauvagerie. Tout ce qu'il m'a précisé, c'était deux choses : qu'il fallait ressentir une véritable souffrance pour espérer infliger ça à quelqu'un et qu'il n'était pas le premier inventeur de ce genre de technique. A vrai dire, d'après ses dires et le mythe, le créateur de cette chose se serait lui-même mutilé l'esprit. Et sans le vouloir, son fils aurait assisté à la scène. A ce que j'en ai compris, il serait devenu un des mages noirs qui a sévit dans l'Est.

Une bien belle histoire, n'est-ce pas ? Mais je n'étais pas là pour me lamenter. Car, revenant à moi-même, je suscitai d'autre question : qu'est-ce que diable je foutai là ? J'avais visiblement suivi Richard et son larbin dans un endroit sombrement plus funèbre et humide que tout le reste. On me conviait à entrer dans une étroite pièce. J'espère tout de même qu'il ne comptait pas m'enfermer à nouveau...

RICHARD D. RAHL ▬ Si vous le faites parler, peut-être que cela améliorera le marché.

A première vue, ce n'était pas exactement les mots que prononçait quelqu'un qui souhaitait vous emprisonner. Bonne nouvelle : il n'avait pas rompu son pseudo-serment. Et il voulait que je fasse parler... je ne savais qui... Un homme, sans doute. C'est toute les informations que je possédais. Et puisque nous étions deux, Dmitry et moi, je ne pouvais demander plus ample renseignement à quiconque.

Mais en entrant, je remarquai aisément le crucifix que le captif exhibait atour du coup. Je me rappelai : le religieux qui les avait "attaquer", dirons-nous. Ou qui avait été piégé comme une souris, si je puis dire. Ce dernier était simplement menotté à la chaise. Il bougeait à peine et ne semblait plus dans ses états. D'un signe, j'envoyai mon fidèle homme de main le réveillait. Il y allait évidemment en douceur. Du moins, c'était avant de voir qu'il ne ferait aucun effort. Au bout de vingt secondes, il commença à lui foutre des claques. Ce qui eut pour but immédiat de le réveiller.

Sortant droit d'un véritable coma, il demeurait toujours autant sonné. Je fus tout de même étonné qu'il ne soit pas trop en mauvais état. Il l'avait bien préservé, ce qui indiquait qu'il voulait les informations qu'il pouvait fournir. Estimant leur souhait honorable, je freinai Dmitry dans son désir de torture. Je lui demanda gentiment de rester en trait, le regard furieux. C'est à ce moment que vous vous dites que je vais utiliser le fameux pouvoir dont Etherius avait parlé, n'est-ce pas ? Que j'allais sortir toute cette haine de mon être pour détruire l'âme cet ecclésiastique saugrenu ? Des flammes jailliraient donc logiquement du long de mes bras et dans une scène théâtrale étonnante, j'allais brûler les yeux et l'innocence des gens qui nous regardait ?

Et bien non, pas du tout. Pour deux raisons : je n'étais pas capable d'une telle magie et mon passager noir pouvait encore être contenu. De ce fait, j'allais appliqué la même technique que j'utilisais pour chaque cas. Pour ça, Svonarevski accepta de se mettre en retrait. Quant à moi, je pris le siège qu'ils avaient laissé pourrir là. Je me posais difficilement dessus et attendant que le prisonnier me regarde, je le fixai. Je l'analysai.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Quel est ton nom ?

Trop faible pour riposter quoi que ce soit, il se contenta d'une réponse brève et incompréhensible. Toujours lentement et sans l'agresser, je reposai la question.

JAMES VEGA ▬ James... James Vega.

C'était déjà un début. Satisfait de sa rétorque, j'attrapai mon arme blanche que m'avait rendu Mira. En deux coups, je lui brisai ses chaines. Une façon de le récompenser de sa coopération instantanée. Confiant, il commença à devenir de plus en plus éveillé. Il se massait les poignées et relevai de plus en plus la tête. Une fois qu'il fut pleinement conscient de la situation, je lui attrapa sa paume droite et y enfonça délicatement ma lame afin de lui faire une coupure net. Il exprima sa surprise par un son sourd et inaudible. Quelques mouvements suffirent pour que je presse ma propre main sur sa récente blessure. Je n'étais pas légilimens et ce genre de chose ne faisait pas partie de mon registre, mais j'étais assez qualifié pour atteindre l'inconscient. Je pouvais ainsi lui parler silencieusement. Cependant, vu que je ne possédai pas ce genre de faculté extraordinaire, la connexion entre nos cerveaux était brouillée et je n'avais généralement droit qu'à une ou deux questions. Je débutai sans tarder par la plus évidente.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Souhaites-tu vivre, James Vega ?

J'entendis plusieurs pensées transgresser et traverser ses lobes, et sa réponse fut alors très confuse. J'avais besoin qu'il se concentre pour la suite. Et même si ça lui faisait mal - parce que oui, ça ne fait jamais du bien quand quelqu'un s'introduit dans une partie de votre cervelle - il restait courageusement en place. Donc, je répétai la question.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Tu veux vivre ?


Je n'entendis rien de plus que des idées. Je lui lâchai son bras. Il tomba à la renverse et s'écroula sur le sol dur et sec. Je l'entendis se fracasser quelque chose mais je ne m'en souciai pas. Je me retournai hautainement et m'apprêtai à prendre la porte - pas littéralement bien entendu. Le lycanthrope qui était avec moi leva un sourcil. Il m'ouvrit la porte. Et à l'instant où j'allais la franchir, James réussit à sortir un mot, essoufflé.

JAMES VEGA ▬ Attendez...

Immédiatement, je refermai brusquement la porte. Un petit sourire se glissait sur mes lèvres. Ça vaut que ça vaut, mais la torture ne doit pas toujours faire mal ou faire souffrir. Elle doit viser juste. Que l'on touche l'âme ou l'inconscient.


feat Michael Terragone.Richard Rahl.Mira Anandi.James Vega.Enrique Toledo.Helen Enestia



_________________


    « ... I'm frozen to the bones, I am
    A million mile from home, I'm walking away... »
    Quote © WOODKID ▬ Icons © PEAK77

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Re: Cérémonie, Torture, Interrogatoire : La routine quoi ! [ Fe Miceline ]   Lun 8 Aoû - 10:40

On s'attendait visiblement à mieux quand même. De toute façon pour l'instant nous n'étions qu'un observateur derrière une vitre sans teint, on ne savait pas comment cela pourrait tourner vous me direz. Laissons faire Michael pour voir de quoi il était capable. Qu'est-ce que vous voulez qu'il dise de plus que cela ? Pas grand chose. Malgré tout, on était pour le moment un peu déçu, bon en même temps, il ne devait pas utiliser les mêmes manières qu'eux, c'était logique, mais on s'attendait à plus de poigne malgré tout. Léger regard vers Enrique, il avait l'air de sourire en voyant ce qu'était entrain de faire Michael. Il ne cherchait pas vraiment à comprendre ce qui passait par l'esprit de son bras droit, de toute façon ce n'est pas comme s'il allait le lui dire.

"Alors ?"
"Il avance."
"Tu m'aides terriblement Enrique."
"Je sais."

Il ricana, et même lui, il se permit d'esquisser un sourire amusé. Mais retournant à notre prisonnier qui se faisait interroger. Peut-être de la torture psychologique, quelque chose dans le genre, sans qu'il en sache beaucoup plus. A vrai dire, ce n'était pas ses méthodes, entrer dans les esprits et le reste, d'autant que le sien était imperméable, non c'était plus le domaine d'Enrique, avec son "don" de persuasion quelque part, cela permettait d'en apprendre facilement de la part de leurs prisonniers, sinon c'était l'intimidation, la torture, ce genre de choses, d'ailleurs on soupçonnait le grand gaillard d'y être pour cette méthode là. Mais parfois va savoir si la méthode "douce" n'était pas meilleur, d'autant plus qu'apparemment cela avait l'air de quelque peu fonctionné, sans qu'on ait encore beaucoup de réponses, mais bon, parfois, il fallait savoir être patient.

"Toi qui lui a appris cela ?"
"En quelque sorte. Il était déjà doué pour son âge. Pas forcément un excellent légimens, mais il se débrouillait. Je présume qu'il a développé ce côté-là. Pratique pour avoir des informations."
"Ouais, bon avec toi pour l'aider, te sachant capable de retirer une information de n'importe qui sans frapper, ça ne m'étonne pas."
"Je vais prendre ça pour un compliment."
"C'en était un, je crois."
"Regardes, il joue la psychologie, plus fin que vos méthodes de baston."
"Chacun son style."
"Trop barbare à mon goût."
"J'oubliais que tu étais adepte de la psychologie vampirique et de faire peur avec tes crocs."
"Ca marche toujours."

Enfin retournons à ce qui se passait là-dedans, visiblement notre prisonnier avait l'air d'avoir envie de dire quelque chose, il ne restait plus qu'à savoir quoi vous me direz. Ce serait bien d'avoir des réponses car pour le moment Michael n'améliorait pas vraiment son marché du point de vue de Richard.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Michael Terragone
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 514
Age : 24
Célébrité : Simon Baker
Avatar © : White Rabbit
Doubles-Comptes : James Vega



Journal de Bord
Age du Personnage : 34
Patronus : Loup Blanc
Métier : Courtier


MessageSujet: Re: Cérémonie, Torture, Interrogatoire : La routine quoi ! [ Fe Miceline ]   Mar 9 Aoû - 9:29






CÉRÉMONIE, TORTURE, INTERROGATOIRE...
« ... La routine quoi ! ... »



Deux minutes. C'était le temps de silence qui s'était installé entre le tortionnaire et son patient. Cent-vingt secondes exactement. Et non pas de brèves secondes, qui exaltaient sans précédent... De longues et infimes poussières qui passait sans relâche, lentes à souhait, et qui faisait passer la tranquillité du désert pour une débutante. On n'entendait même plus les respirations de chacun. Les bras croisés, Dmitry regardait fixement le prisonnier sans broncher. Ce dernier s'était remis sur son siège et ne paraissait pas tellement inquiet, mais il était trop faible pour s'appitoyer sur sa situation. Quant à moi, calmement, j'observai la pièce et j'en faisais le tour. Je devais savoir quels outils j'avais à ma disposition. Étant donné que la salle était définitivement vide, je n'avais guère le choix. J'avais beau être un maitre dans cette spécialité - sans me vanter - je ne pouvais faire de miracle. Néanmoins, j'étais capable de le faire parler. Cela n'allait pas être du grand art, mais après tant de pression et de silence, il ne pouvait qu'avoir envie de bavarder.

Dans un mouvement simple et vif, je me glissa jusque devant ses yeux. Restant debout, j'attendis qu'il lève les yeux. Docile comme il était forcé de demeurer, il ne bougeait pratiquement que les yeux.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Très bien, James. On va commencer par des questions simples et vous y répondrez par oui ou par non. Et seulement par oui ou par non. Est-ce bien compris ?

Vega acquiesça immédiatement. A première vue, il avait la force. Je commençai donc à tourner autour de lui comme un vautour ; et une fois dans son dos, j'ajoutai quelques conditions à notre entente.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Oh et au passage, tu peux m'appeler Michael. En fait, à chaque fois que tu répondras, tu devras m'appeler Michael.

Machinalement, il répondit oui comme un bon petit soldat. Je lui agrippai l'épaule aussitôt, brusquement et sans prévenir. Puis, je lui chuchotai à l'oreille qu'il devait quand même attendre que je poses une question. Dès qu'il eut compris la règle du jeu, je ressortis ma lame. Elle pourrait aisément me rendre service, il me semble.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Ton nom est-il vraiment James Vega ?

Surpris par une question aussi banale, il acquiesça sur-le-champ et prononça un oui audible et confiant. C'est que ça devait certainement être la vérité, ou du moins, il en était convaincu. Passons à la suite.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Es-tu moldu, James ?
JAMES VEGA ▬ Quoi ? Je ne sais...

Il n'eut pas le temps de finir que j'avais déjà armé mon couteau et que j'avais entrepris de lui faire une net coupure dans son dos. Il poussa un cri de douleur et eut enfin la force de souffler un peu.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Par oui, ou par non. Simplement.
JAMES VEGA ▬ Oui...

Sadique comme j'étais, j'en remis une couche. Sur la même plaie et précisément au même endroit. Pour ce genre d'exercice, j'étais extrêmement rigoureux.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Oui qui ?
JAMES VEGA ▬ Oui, Michael...

Je l'applaudit. Il savait maintenant répondre correctement. C'était un début. Un petit début, mais un début tout de même. Nous avions donc trouver un terrain neutre, où je pourrais poser mes questions et où il pourrait répondre sans, pour autant, trahir qui que ce soit. Tout ça en appliquant ma torture sur son inconscient. Magnifique non ? Enfin bref, passons.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Es-tu arrivé ici de ton plein gré, James ?
JAMES VEGA ▬ Oui, Michael.
MICHAEL TERRAGONE ▬ Et as-tu était seul décideur ?
JAMES VEGA ▬ Non, Michael.
MICHAEL TERRAGONE ▬ Donc tu travailles pour quelqu'un ?
JAMES VEGA ▬ Oui, Michael.

Jusque là, ce n'était que des évidences. On pouvait facilement se douter qu'il accomplissait un contrat quelconque ou qu'il suivait un ordre divers. L'important était de savoir pour qui ?

MICHAEL TERRAGONE ▬ Tes patrons sont-ils moldus également ?
JAMES VEGA ▬ Oui, Michael.
MICHAEL TERRAGONE ▬ Ton commanditaire l'est-il, lui ?
JAMES VEGA ▬ Je...

Intimement convaincu qu'il lui en fallait un autre, je lui infligea d'une autre lacération d'un geste décidé et droit sur l'autre partie de son dos. Il poussa un autre cri de souffrance. Oui, mon arme n'était pas réputée pour être douce. Malheureusement pour lui. Et puis, d'un autre côté, j'avais eu sa réponse : il travaillait pour des gens moldus, mais celui qui l'avait fait venir ici n'en était probablement pas autant.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Je vais reformuler : es-tu certain que ton commanditaire est moldu ?
JAMES VEGA ▬ Non... Michael...
MICHAEL TERRAGONE ▬ Et je suis convaincu que ton travail est de trouver les gens comme moi, n'est- ce pas ? Les sorciers ?

Il hésita un instant. Gigotant mon poignée avec ma lame à la clé juste devant lui, je le pria - de façon imagée - de bien vouloir répondre rapidement et correctement. Puisqu'il n'était pas idiot, il saisit où je voulais en venir.

JAMES VEGA ▬ Oui, Michael.

Je rangea mon canif. J'étais fier de lui. Il avait plus de discipline que la plupart des captifs que j'avais l'habitude d'interroger. La plupart du temps, ces derniers se terrent derrière leurs principes et leur loyauté. Celui-ci était visiblement apparu à cause d'un problème de fidélité ; une véritable aubaine pour moi.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Si tu as suivi les ordres d'un autre, c'est que tu dois avoir une dent contre tes patrons, non ?
JAMES VEGA ▬ Oui, Michael.
MICHAEL TERRAGONE ▬ Et tu veux me raconter pourquoi ?
JAMES VEGA ▬ Non, Michael.
MICHAEL TERRAGONE ▬ Penses-tu être en position de refuser ?
JAMES VEGA ▬ Non, Michael.

Il baissa les yeux. En échange de bonne foi, je pris ma baguette en main et me tourna dos à lui. Je prononça quelques sorts dans ma tête et aussitôt, ses plaies se réparèrent d'elle-même. On avait bien avancé pour aujourd'hui. Donc je mis fin à l'interrogatoire de moi même. Dirigeant cette fois mon arme vers sa tête, je l'assomma avec un sort de ma propre conception. Peut-être n'avais-je pas les techniques de Richard, mais cet homme, James Vega... J'avais l'intuition qu'il était plus concerné qu'on pourrait le croire.


feat Michael Terragone.Richard Rahl.Mira Anandi.James Vega.Enrique Toledo.Helen Enestia



_________________


    « ... I'm frozen to the bones, I am
    A million mile from home, I'm walking away... »
    Quote © WOODKID ▬ Icons © PEAK77

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Re: Cérémonie, Torture, Interrogatoire : La routine quoi ! [ Fe Miceline ]   Mar 9 Aoû - 9:44

Bon au moins on commençait à apprendre quelque chose, certes, ce n'était pas beaucoup, mais le peu d'informations qu'on avait pu retirer de lui étaient suffisantes. En quelque sorte. On avait pensé qu'on aurait mieux, mais pour l'instant, pour un premier interrogatoire, ce n'était pas si mal. On n'avait pas encore les noms, ou même pourquoi il faisait cela, mais on savait en tout cas que ce qu'il cherchait, c'était des sorciers. La question restait de savoir pourquoi évidemment. Enfin la séance d'interrogatoire avait l'air terminé pour l'occasion on dirait, il ne fallait pas forcer sur les bonnes choses n'est-ce pas ? Et puis ce pauvre type, moldu visiblement, laissons le reprendre des forces avant de continuer le tout. Est-ce que Richard était satisfait ? Il ne saurait le dire exactement, de toute façon est-ce que quelque chose était visible sur son regard la plupart du temps ? Difficile à dire.

"Qu'est-ce que tu en penses ?"
"Il dit la vérité."
"Intuition vampirique ?"
"Non, j'ai confiance dans les capacités de Michael. Mais j'irais vérifier par moi-même avec ce type."
"Tu ne fais jamais totalement confiance."
"Rarement."

Pas besoin d'aller plus loin pour comprendre, à vrai dire, Enrique était le type même de la complexité en fait. Bon en même temps vu son âge, et son côté solitaire, on pouvait comprendre qu'il ne donnait jamais véritablement sa confiance envers quelqu'un, et pourtant il le faisait avec eux, dans une certaine mesure. Bien pour l'instant il coupa les micros de la salle d'interrogatoire avant de sortir de la salle d'observation, Enrique le suivant, avant d'attendre de voir sortir Michael et son ami. Bien, on ne dira pas qu'on était convaincu par la prestation mais il y avait mis de la volonté, c'était toujours mieux que rien n'est-ce pas ?

"C'était pas mal."

Venant de lui, c'était déjà bien qu'il dise cela n'est-ce pas ? Enrique de son côté, toujours avec sa capuche sur la tête, ne fit qu'hocher de la tête, sans rien dire d'avantage, la confrontation viendrait bien assez vite entre eux deux de toute manière. Enfin maintenant que tout ceci était fait, il fallait finir de négocier, enfin pour l'instant, il n'appartenait pas encore à la Confrérie, et il était encore confiné ici, comme un invité forcé dirons nous.

"Helen se chargera de la suite. En attendant, je crois que nous avons une discussion à terminer. Et je préfère la terminer devant un bon café, les interrogatoires, tortures, ça me donne faim."

Sourire amusé avant de refaire machine arrière en direction de l'ascenseur, repartons vers un endroit un peu plus lumineux, et surtout vers la sorte de réfectoire qu'ils avaient, ce serait mieux de discuter devant quelque chose plutôt que comme cela dans un couloir lugubre. A vrai dire, il y avait déjà une chose à faire avant de le faire entrer dans l'organisation, sans oublier de l'évaluer pour savoir à quel niveau il se situait. Mais cela, pas à lui de s'en occuper, Enrique le ferait aisément.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Michael Terragone
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 514
Age : 24
Célébrité : Simon Baker
Avatar © : White Rabbit
Doubles-Comptes : James Vega



Journal de Bord
Age du Personnage : 34
Patronus : Loup Blanc
Métier : Courtier


MessageSujet: Re: Cérémonie, Torture, Interrogatoire : La routine quoi ! [ Fe Miceline ]   Mer 10 Aoû - 12:13






CÉRÉMONIE, TORTURE, INTERROGATOIRE...
« ... La routine quoi ! ... »



RICHARD D. RAHL ▬ Helen se chargera de la suite. En attendant, je crois que nous avons une discussion à terminer. Et je préfère la terminer devant un bon café, les interrogatoires, tortures, ça me donne faim.

Il y a des moments où je me demandai s'il n'était pas un lycanthrope lui aussi. Vu la manière dont il disait ça, on pourrait croire qu'il a faim à chaque fois qu'il voit de la violence, du sang ou un autre sadisme quelconque infligé à un humain. Ce qui ne serait pas réellement étonnant pour dire vrai. Il dirigeait une confrérie d'assassins à lui tout seul après tout. C'était logique qu'il donnait l'air d'être une bête psychopathe. Et puis chacun son style dirons-nous ; Richard est un bourrin, je suis un trafiquant. Différents domaines, différentes façons de faire et de réagir.

Calmement et humblement, je le laissa me montrer la marche à suivre. Visiblement, dès que l'on voulait aller quelque part ici, il fallait prendre l'ascenseur. On se serait cru dans la chocolaterie Wonka, mais avec des cachots et des salles de tortures en plus. Et puis disons que malgré le fait que j'étais certainement obligé de le coller au train, je n'étais pas contre une boisson chaude et un aliment quelconque. Je n'avais pratiquement rien mangé depuis ma sortie improvisée de prison. De ce fait, pour utiliser l'expression moldue célèbre : j'ai l'estomac sur les talons !

Une fois dans l'ascenseur, je me positionna de façon à ne pas faire de l'ombre au patron. Dmitry me suivait également, sans savoir trop où il allait. J'avais même cru le voir sourire bêtement. Je me demande bien comme il avait pu faire avant de venir me libérer - d'autant plus s'il n'avait pas gardé le contact avec Mira. Et c'est donc dans un silence ardu et entouré d'hommes trop virils et trop primaires que je continuai ma route. Il nous fallut une minute pour arriver. Dès que l'ouverture se présenta béante, mon homme de main m'emboita le pas et passa devant moi. J'y saisis alors l'occasion.

D'un tour de manche, agrippa l'épaule de Richard et le plaqua contre un des murs de l’ascenseur, en douceur pour éviter un réflexe non-voulu. Je m'expliqua immédiatement, prévoyant un petit bond afin d'éviter le réflexe voulu.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Tout doux. Je ne cherches pas à t'attaquer.

Je n'eus aucune réaction ; et quand les portes se refermèrent, je lui donna une raison plus concrète de lui bloquer sa faim.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Maintenant qu'on est deux, il faut qu'on cause : tu as essayé de me tuer et tu m'as laissé pour mort il y a des mois. Aujourd'hui, tu me sors de prison et on doit faire ami-ami ? Navré, mais ça me choque légèrement. Alors sérieusement, dis-moi, Nikolaï t'a donné combien pour assassiner un de tes congénères ?

C'était le premier nom que je lui donnai clairement. Monsieur Nikolaï, qui devait à ce jour être mon pire ennemi en tête. Plus pour longtemps, certes, mais il avait l'argent pour payer un homme comme Richard. Avouez toute l'ironie de la chose : j'avais été commandité pour mettre fin à sa vie, par le même homme qui l'avait sûrement payé pour mettre fin à la mienne. A la différence près que pour tout l'or du monde, je n'aurais jamais tué à un autre assassin. J'ai des principes, moi.


feat Michael Terragone.Richard Rahl.Mira Anandi.James Vega.Enrique Toledo.Helen Enestia



_________________


    « ... I'm frozen to the bones, I am
    A million mile from home, I'm walking away... »
    Quote © WOODKID ▬ Icons © PEAK77

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Re: Cérémonie, Torture, Interrogatoire : La routine quoi ! [ Fe Miceline ]   Mer 10 Aoû - 12:35

Franchement ? Le coup de l'ascenseur ? C'était d'un vieillot quand même. Si encore c'était une belle femme qui était avec lui, il comprendrait aisément mais là ce n'était pas le cas. On avait tous pris l'ascenseur comme si de rien n'était, tous les quatre, oui car bien n'étant pas très causant, Enrique suivait le mouvement, et alors qu'on se trouvait visiblement au bon étage, et que les portes venaient de s'ouvrir, on s'attendait presque à continuer le chemin comme si de rien n'était en fin de compte, et ce ne fut pas le cas. Visiblement Michael avait l'air de vouloir tenter quelque chose, Enrique était sorti et se retrouvait désormais seul avec Dimitri, les portes s'étant refermées derrière eux. Enrique bien qu'appréciant Michael comme son fils, n'aimait pas qu'on s'en prenne à Richard. Après tout il lui était loyal, et du coup, il fallait disons exprimer cette colère sur quelqu'un d'autre, et il n'y avait qu'une personne dans les alentours. Dimitri. Enrique utilisant ces quelques "dons" de son côté vampire, vif comme l'éclair, il avait déjà planté une de ses lames qu'il avait toujours sur lui, l'un de ses Tantôs dans l'épaule de Dimitri avant de l'envoyer valser contre les portes de l'ascenseur.

Fallait pas commencer à jouer les durs, sans oublier qu'il y avait des caméras de surveillance, et que déjà un groupe d'Assassins étaient sur les lieux, armés, prêts à tirer et à secourir Richard en cas de besoin. Première cible Dimitri, la deuxième Michael s'il était encore en vie en sortant de l'ascenseur.


"Connard d'Européens."

Non il n'avait pas apprécié le comportement de Michael, et cela se ferait sentir prochainement. Enfin revenons désormais à notre ami Michael qui tentait une action suicidaire visiblement. Richard n'avait pas vraiment attendu pour réagir, tout du moins furtivement, se faire plaquer contre un mur, il voulait bien, mais pas par lui. Il avait déjà son taser en main et il visait les parties génitales de ce cher Michael alors que celui-ci voulait des informations. Il croyait être en position de force franchement ? Richard sourit, amusé, non vraiment c'était de l'audace, bon certes, c'était complètement suicidaire mais il avait eu de l'audace.

"On sera jamais pote, désolé pour toi. Et j'espère que tu diras "Aïe"."

De toute façon on n'attendit pas qu'il comprenne ce qu'il voulait dire par-là pour tirer avec le taser, balançant de nouveau le jus au travers des filaments, en tout cas, Michael ne pourra plus bander et baiser pendant un moment vu le jus qu'il se prenait dans les pruneaux. On continua à maintenir la charge en appuyant sur la gâchette, avant de lui foutre un coup de boule. Relâchant la pression sur l'arme, vu les milliers de volts qu'il venait de se prendre, bonjour les dégâts et de lui foutre un coup de coude remontant dans le nez, de quoi le casser, juste au moment ou les portes s'ouvrirent à nouveau. Et que ses hommes étaient justes derrière. Prêts à intervenir.

"Et mes seuls congénères sont ceux que tu as ici, eux ce sont mes frères, ma famille, toi, tu es en sursis, et encore actuellement tu viens de faire passer ta côte de "passablement dangereux" à "totalement inadapté". Tes perspectives d'avenir sont minces."

On ne savait pas dans quel état il serait là, avec ce qu'il venait de prendre, mais certainement pas debout, normalement ou alors il était kro fort, pas comme la bière cependant. En attendant Enrique avait récupéré sa lame qui était encore plantée dans Dimitri, respectueusement mis en joue par une dizaine d'Assassins. Cela avait de quoi calmer les ardeurs non ? Quand à Michael, un signe de la part de Richard et il finissait soit au trou, soit mort. Mais Richard n'avait pas encore pris de décision pour le moment.

"Enrique, tu aurais pu être plus sympa."
"Non, je ne peux pas le blairer."
"Ok."

On attendait quand même que Michael se remette quelque peu vous me direz, on attendait sa réaction avant de dire ou faire quoique ce soit. Au moins maintenant on pouvait ranger son taser, ça servait toujours ces petites choses. Et il avait encore plus faim, trop de sport ça donne faim.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Michael Terragone
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 514
Age : 24
Célébrité : Simon Baker
Avatar © : White Rabbit
Doubles-Comptes : James Vega



Journal de Bord
Age du Personnage : 34
Patronus : Loup Blanc
Métier : Courtier


MessageSujet: Re: Cérémonie, Torture, Interrogatoire : La routine quoi ! [ Fe Miceline ]   Mer 10 Aoû - 13:18






CÉRÉMONIE, TORTURE, INTERROGATOIRE...
« ... La routine quoi ! ... »



RICHARD D. RAHL ▬ Et mes seuls congénères sont ceux que tu as ici, eux ce sont mes frères, ma famille, toi, tu es en sursis, et encore actuellement tu viens de faire passer ta côte de "passablement dangereux" à "totalement inadapté". Tes perspectives d'avenir sont minces.

Encore ce foutu voltage ? C'était une manie ou quoi ? Ne savait-il donc pas se défendre par lui-même ? Toujours obligé d'électrocuter son adversaire ? C'était navrant. Autant que pour moi que pour lui. Cela dit, je ne me trompais pas. Il devait avoir du sang de loup-garou dans les veines, sans aucun doute. Vu sa manière bestiale de réagir. D'autant plus que j'avais complétement oublié son capuchon adoré, qui l'attendait visiblement dehors. A cet instant là, où j'avais encore l'impression que j'allais mourir - pour la troisième fois - je me demandais surtout qu'est-ce qui avait pu arriver à Dmitry. J'avais pris une décision folle dans cet ascenseur.

Mais une décision qui demeurait réfléchie ; malgré la folie. On ne traite pas des hommes qui cherchent à vous descendre à chaque occasion. Certes, j'aurais pu attendre d'être dans un endroit plus en ma faveur, mais il fallait que je fasse vite. Et puis après tout, peut-être que je sentais que ma vie ne valait plus la peine d'être sauvée. Bien que je sentais au fond de moi que mon salut n'était pas venu. Pas de façon aussi humiliante pour un assassin, en tout cas.

A terre, je remarquai que j'étais admirablement entouré. Un groupe de tueurs attendait sauvagement l'ordre de Rahl ou de son assistant. Quant à ce dernier, j'avais reconnu sa voix. Je n'étais pas vraiment en bon état pour être étonné. Surtout ce jour-ci. Ceci étant dit, depuis la fois où on m'avait infligé ça, je m'étais entrainé à subir ce genre de traitement. Vive ma capacité de tortionnaire et l'intelligence de mon alchimiste pour le coup. Parce que oui, non seulement je pouvais mieux supporter les électrochocs... Mais en plus, il semblait avoir oublié que je portais un plastron. D'après lui, à quoi servait une aussi mince partie d'armure ? A se protéger du dragon ou des autres créatures du genre ? Et bien, non, absolument pas. La seule et unique vérité est que lorsqu'on vol, on se retrouve fréquemment dans des nuages - de temps à autre dans un orage...

D'un autre côté, il m'avait presque brisé le nez l'enfoiré. Donc j'étais considérablement en position de faible. Cependant, je ne l'étais pas autant que les spectateurs et les acteurs actuels auraient pu le croire. Confortant ça à mon avantage, je pris le soin de me redresser lentement, tout en toussotant quelques gouttes de sang. Toute cette mascarade ne faisait pas du bien.

De plus, je ne savais pas quelle avait été la réaction de mon adversaire. Richard ne devait pas tout à fait s'attendre à ça. Après tout, ça devait être son trip de voir les gens sans défense. De ce fait, je le fixai dans les yeux.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Et tu vas faire quoi maintenant, hein ? Me tuer ?

Question rhétorique bien entendu. Mais par réflexe, je plaça une main près de ma baguette ; puisqu'il avait été assez confiant pour me la laisser.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Ou ce serait trop dur maintenant que je suis debout ? Tu vas me remettre un coup de volt pour pouvoir tranquillement m'achever ? C'est comme ça que tu procèdes, non ?

J'inclinai et ré-inclinai la tête, le surveillant. Puis, profitant lâchement de ma vue panoramique, je pouvais vérifier que personne ne faisait un mouvement brusque. Il était plausible que des protections anti-magie ait été mis dans le coin. Mais j'avais mis l'autre main sur mon couteau et je m'apprêtai à le balancer sur n'importe quelle tête qui s'approcherait de trop près. Je ne prétends pas pouvoir m'en sortir pour le coup. Cela dit, ça fera au moins une victime. Au cas où.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Comme un lâche ? Peut-être aussi que tues tes cibles par derrière ?

Il ne fallait pas que mon speech dure trop longtemps si je ne voulais pas finir en poisson grillé. Je savais qu'au fond de lui même, c'était un grand sorcier et qu'il pouvait probablement battre n'importe qui en duel. Ce que je me demandais, c'est pourquoi il faisait comme s'il ne l'était pas ? Honnêtement, il semblait beaucoup reprocher aux méthodes de Nikolaï et ses autres dignitaires russes, cette manière de se reposer sur la loyauté des autres et les aurors... Néanmoins, ne faisait-il pas pareil ? Il prêchait certainement le courage. Mais l'appliquait-il ?

MICHAEL TERRAGONE ▬ Et toi, je croyais t'avoir tuer !

Je pointai Xavier du doigt, évidemment. Il était inutile pour lui de se cacher, je savais désormais qu'il était encore en vie. Et certes, autrefois, je l'avais aussi laissé pour mort. J'avais changé, moi. Et puis s'il restait une once d'honneur à "Enrique" et à Richard, ils ne me tueraient pas. Sinon, c'est ce que j'avais fais une erreur en voulant m'allier à eux. Alors, pour finir sur de belles phrases, je me retournai une nouvelle fois vers Rahl.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Tu peux continuer à jouer les fiers dans ton royaume, Richard. Mais dehors, il y a des gens qui veulent ta mort. Et je n'en fais pas partie. Je ne suis pas ton ennemi. Et si tu commences par tuer ceux qui veulent être tes amis, alors tu finiras seul et sans honneur. Comme Nikolaï...


feat Michael Terragone.Richard Rahl.Mira Anandi.James Vega.Enrique Toledo.Helen Enestia



_________________


    « ... I'm frozen to the bones, I am
    A million mile from home, I'm walking away... »
    Quote © WOODKID ▬ Icons © PEAK77

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Re: Cérémonie, Torture, Interrogatoire : La routine quoi ! [ Fe Miceline ]   Mer 10 Aoû - 13:53

C'était une solution, de le tuer, après tout ce serait vite fait non ? Il commençait sérieusement à être lourd quand même. Déjà il ne se prenait pas pour n'importe qui, bon qu'il se relève, encore c'était une chose, ce n'était pas pour autant que cela le surprendrait tant que cela, mais qu'il s'énerve alors que c'était lui qui les avait mis dans cette situation, ça par contre. Quoi ? Franchement il pensait qu'après ce qu'il venait de faire il ne serait pas traité comme un ennemi. Allons bon. Enfin laissons le parler, c'était assez amusant de l'écouter, on dirait un gamin qui irait voir le directeur parce que ses autres camarades n'étaient pas sympas avec lui. D'un côté cela sembla amusant quelques instants, mais pas plus. Après tout qu'est-ce qu'il voulait ? La protection de la Confrérie et donc y entrer ? Et eux qu'est-ce qu'ils avaient eu en échange ? Pas grand chose jusqu'à maintenant, Michael avait encore gardé ses informations pour lui, donc on ne pouvait pas dire qu'il mettait du poids dans la balance de son côté.

Enrique de son côté se permit d'enlever sa capuche, oui, c'était dommage, il n'était pas mort en fait, mais c'était amusant de voir l'expression sur le visage de Michael, pas encore assez théâtral à son goût, mais c'était déjà pas si mal en fait.


"Désolé de te décevoir ptit gars."

Quand au reste, Richard lui ne s'en offusqua pas. Quoi ? Il avait utilisé les armes qu'il avait sur lui, avant d'utiliser son propre corps pour lui en mettre une. Et ? Désolé si on était capable d'utiliser autre chose que les pieds et les mains et que cela ne plaisait pas. D'autant plus que dans un espace aussi petit, en venir aux mains, cela reviendrait à ce qu'ils soient tous les deux blessés, et la flemme de devoir aller ensuite à l'infirmerie, donc les armes. Qu'il s'énerve un bon coup, cela lui faisait visiblement du bien n'est-ce pas, enfin pendant qu'il piquait sa crise du moment - ça devait être les règles en fait - il s'adressa à Enrique.

"Emmènes son pote à l'infirmerie, il en aura besoin je crois."
"Je le finirais bien, mais il y tient. Je fais ça."

A vrai dire, Enrique ne se soucia pas si Dimitri pouvait se lever ou non, il avait attrapé un bras avant de le trainer dans le couloir, comme un sac qu'on trainait, pas vraiment de considération pour ce type on dirait. Bon en même temps, ils l'avaient cherché tous les deux, maintenant qu'ils paient les pots cassés tout simplement. Enfin pour le moment rétablissons le contact avec notre cher ami Michael qui essayait de lui faire la morale. S'il essayait tellement de devenir son ami, il faudrait peut-être éviter les coups tordus comme à l'instant, cela ne permettait pas d'établir de relations de confiance. Richard ne s'énerva pas, à vrai dire, ce n'était pas dans ses habitudes. Il était violent, il était sarcastique, froid, mais s'énerver, de la façon que Michael venait de faire, cela ne lui arrivait que très peu en fait, quasiment jamais. Au contraire, il esquissa un sourire amusé avant de se mettre à rire, vraiment, non, il se marrait tout simplement.

On pourrait penser qu'il était devenu fou, mais avoir le droit à la morale par un type comme Michael, qui plus ait, avait essayé de l'embarquer je ne sais ou dans cette cabine pour une discussion seul à seul sous sa houlette, désolé mais c'était risible quand même. Bon il réussit malgré tout à se calmer quand même, gardant ce sourire amusé sur les lèvres.


"Très drôle. Non vraiment. Quelqu'un comme toi qui essaye de me faire la morale. Non vraiment. On se marre avec toi."

De toute façon on passa à côté de lui, sans faire plus attention pour sortir de l'ascenseur, ses hommes étant toujours là. Arrivé devant ses hommes, il se retourna vers Michael tout simplement, gardant ce sourire aux lèvres.

"Quand à ceux qui souhaitent me tuer, je leur souhaite bien du courage. Ce ne seront pas mes premiers ennemis et pas les derniers dans ce monde. Qu'ils viennent et nous verrons."

Quand au reste, non, il viendrait pas en rajouter une couche ou piquer une colère parce que Michael ne trouvait pas ça juste sa façon d'agir. Un Assassin ne l'était jamais, juste, on agissait comme bon nous semblait, et par n'importe quel moyen tout simplement. Maintenant, à lui aussi de faire un choix. Après tout jusqu'à maintenant, il avait été bien traité, il avait même assisté à une cérémonie ou normalement les invités n'étaient pas conviés, alors qu'il ne fasse pas la fine bouche.

"Et avant de te mettre à prôner l'honneur et le courage, tu ferais mieux de te regarder, car ce n'est pas moi qui nous ait mis actuellement dans cette situation avec toi dans une sale posture. Toi qui a mis tout cela en branle. Alors l'amitié, il fallait déjà penser aux conséquences de tes actes avant d'en parler. Maintenant tu as le choix. Tu veux partir, bien, fait, tu veux rester, restes. Mais tu n'as encore rien gagné car tu n'as rien d'apporter de bien important à ton moulin pour que j'ai suffisamment confiance et que je t'accepte.

Ce n'est rien de personnel, c'est purement professionnel, peut-être que tu comprendras mieux comme ça. Pour l'instant, à toi de voir, tu es libre de ton choix, quelqu'il soit. En attendant, un peu de repos ne fera de mal à personne."


A lui de décider, il pouvait très bien partir maintenant ou pas, mais non, désolé, mais ce qu'il venait de dire, cela ne fonctionna pas vraiment en fait, d'autant plus qu'il n'avait rien fait encore pour justifier de telles paroles. Qui était-il ici ? Qu'est-ce qu'il connaissait de lui ? Rien, donc qu'il ne se permette pas de juger comme cela. S'informer c'était différent de connaître, il faudrait qu'il comprenne ça. Pour l'instant Richard ne l'attendit même pas avant de partir, quelques hommes restaient là bien entendu pour Michael, l'escorter ou il le souhaitait, enfin presque, mais Richard n'avait pas vraiment l'air de vouloir continuer la discussion. Ou alors il finirait par l'emmener devant le peloton d'exécution.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Michael Terragone
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 514
Age : 24
Célébrité : Simon Baker
Avatar © : White Rabbit
Doubles-Comptes : James Vega



Journal de Bord
Age du Personnage : 34
Patronus : Loup Blanc
Métier : Courtier


MessageSujet: Re: Cérémonie, Torture, Interrogatoire : La routine quoi ! [ Fe Miceline ]   Mer 10 Aoû - 14:20






CÉRÉMONIE, TORTURE, INTERROGATOIRE...
« ... La routine quoi ! ... »



Je n'étais pas mort. Un miracle, n'est-ce pas ? Peut-être que je n'étais pas passé par le meilleur moyen pour que Richard me fasse confiance et encore moins pour qu'il me fasse confiance. Mais déjà, il avait réussi à contrôler son envie de m'en foutre une et de vouloir me descendre à tout prix. C'est tout ce que je me demandais : d'arrêter de bosser pour des gens qui veulent me tuer. C'est une initiative que j'ai prise récemment en me rendant compte que je m'étais réellement associer aux mauvaises personnes. J'avais fais de mauvais choix. Je m'étais fabriqué de mauvaises relations. Les seules personnes qui m'étaient loyales étaient celle d'Archangel. Et tant mieux, car il me semble - qu'à ce jour - ce sont les seules personnes à qui j'avais réellement fait confiance.

Le Seigneur de la Confrérie m'avait donc donner le choix. Rester ou partir. Venant de lui, c'était un bon début. Petit à petit, je crois qu'il me donnait ma chance. Il était quelque peu paranoïaque mais notre entente ne venait que de commencer après tout. Il m'avait laissé en vie et acceptait même de me laisser partir ; plus que ça : il me laissait choisir. Avec un léger sourire, je regardai les deux capuchons qui restaient dressés devant moi comme des étendards. Qu'attendaient-ils ? Une parole venant de ma part ?

La seule parole que j'allais prononcer allait s'adresser au chef. Pour deux raisons : je n'avais rien à dire aux autres planctons et il m'avait amené ici pour une raison précise. Autant lui donnait ce qu'il voulait.

MICHAEL TERRAGONE ▬ Tcherkov. Vassiliy Tcherkov. Il est la plus haute autorité militaire de l'Est. C'est sûrement lui qui a commandité nos arrêts.

Voilà. Il avait son nom. Bien que je ne suis pas certain que Tcherkov oserait défier Nikolaï de cette façon, surtout que tout n'est pas blanc dans cet ancien empire. Déjà déchu depuis des années, il avait été rattrapé par sa propre magie noire. J'espérais que Richard savait ce qu'il faisait avant de s'aventurer par là. Je le vis d'ailleurs tourner la tête de quelques degrés. L'angle lui permettait sans doute de m'apercevoir. En signe de remerciement, j'acquiesçai.

Enfin, désormais, maintenant que j'avais suffisamment donner faim à mon libérateur, je devais m'occuper d'autre chose. L'apparition soudaine de Xavier me perturbait. La blessure de Dmitry également. Mais je crois que ce qui me perturbait le plus, c'était la douleur. Une fois l'adrénaline et l’endorphine passées, on a l'impression de se faire écraser par un des engins de la Confrérie. J'avais la vague sensation que tout mes os fondaient. Me tournant vers les clampins postés là, je leur fis part de mon choix. Un choix logique et simple.

MICHAEL TERRAGONE ▬ C'est par où l'infirmerie ?


feat Michael Terragone.Richard Rahl.Mira Anandi.James Vega.Enrique Toledo.Helen Enestia



_________________


    « ... I'm frozen to the bones, I am
    A million mile from home, I'm walking away... »
    Quote © WOODKID ▬ Icons © PEAK77

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Cérémonie, Torture, Interrogatoire : La routine quoi ! [ Fe Miceline ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cérémonie, Torture, Interrogatoire : La routine quoi ! [ Fe Miceline ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: | RPG | Le Monde Magique :: 
Le Reste du Monde
 :: L'Europe
-