Bienvenue sur NOX REVENGE
Forum RPG sur Harry Potter


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar

 Helen L. Enestia
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 629
Age : 30
Célébrité : Evangeline Lilly
Avatar © : ^^
Doubles-Comptes : Léa M. Delaunay



Journal de Bord
Age du Personnage : 29 ans
Patronus : Cygne noir
Métier :


MessageSujet: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Dim 7 Aoû - 16:22

I won't keep my head down this time



(King of the world - Porcelain and the tramps)
I'm the fucking king of the world
Get on your knees
I'm the fucking king of the world
Do as I please

Helen marchait d'un pas vif à travers le méandre de couloirs qui composaient la base européenne de la Guilde des assassins. La cérémonie organisée pour le changement de grade de Mira venait de se terminer et elle avait hâte de virer sa tenue d'apparat pour repasser une tenue plus naturelle pour elle et qui lui donnait un air d'Artemis, la déesse chasseresse de l'antiquité grecque. Arrivée dans le petit local qui lui servait de chambre lorsqu'il résidait dans sa base, camouflée dans le sous-sol des Highlands en Écosse, elle se débarrassa de ses vêtements et ouvrit une commode pour en tirer un pantalon moulant de cuir noir ainsi qu'une chemise légère, de la même couleur mais en soie, qu'elle ne boutonna que jusqu'à la moitié de sa poitrine. Elle récupéra ensuite sa ceinture de cuir brun un peu rongé par l'usage. Dans les différentes sacoches qui y étaient attachées, on pouvait deviner l'étui de sa baguette magique, deux holsters avec ses poignards fétiches et une petite bourse contenant une fiole pleine d'un liquide dont la simple couleur n'inspirait pas du tout confiance. Elle sautilla deux fois sur place pour vérifier que tout tenait bien en place et attrapa une veste de motarde en cuir noir qu'il passa rapidement sans la fermer devant. Pour finir, elle s'assit au bord du lit pour mettre ses chaussures : des bottes à lacets noires qui montaient jusque sous ses genoux. La semelle et le talon était plat comme celui des rangers des militaires et ça lui allait parfaitement.
Dans un élan de coquetterie, elle examina rapidement son maquillage dans le miroir de son poudrier. Juste un peu d'ombre sur les paupières, de crayon noir sous les yeux et du mascara sur ses longs cils de biche. Rien d'ostentatoire ni de vulgaire.

Alors qu'Helen reposait le poudrier sur la commode, on frappa deux petits coups sur la porte de métal et de bois mêlée. La jeune femme donna la permission d'entrer et un assassin ouvrit le battant. A peine eut-il posé les yeux sur sa supérieure qu'il inclina la tête pour s'adresser à elle :

_ Vous avez demandé à être informée du moment où le Seigneur serait dans ses appartements, majesté. Il vient à l'instant d'y rentrer.

Helen hocha la tête pour signifier qu'elle tenait compte de l'information et se leva. Voyant que l'assassin était resté muet de contemplation devant ses longues jambes moulées de cuir, elle attrapa un poignard à sa taille et, vive comme l'éclair, l'envoya se planter dans le montant en bois de la porte à quelques centimètres de l'endroit où son collègue avait abandonné sa main. Cela eut le mérite de le réveiller d'un sursaut. Il s'effaça du passage pendant que le Commandant de la base venait récupérer son arme et sortait de la pièce. Ses longs cheveux châtains foncés balayaient l'arrière de sa veste de cuir. Les assassins qu'elle croisa sur son chemin inclinaient légèrement la tête en signe de respect. Ceux qui étaient membres de cette base l'appelaient parfois « majesté » à cause de son surnom de « reine de pique ». Elle s'en amusait en vérité.
Arrivant dans l'aile des appartements pour les invités – c'est-à-dire des assassins venus d'une autre base que celle-ci – Helen se planta devant la porte qui cachait celui investit par le Seigneur de la Guilde. Elle déglutissait et redressait les épaules pour frapper quand le battant s'ouvrit de lui-même, sur le bras droit de Richard. Enrique considéra le Commandant, avec une lueur d'amusement dans les yeux qui donnait envie à cette dernière de le frapper, avant de s'effacer gracieusement et d'esquisser un geste de la main à l'intérieur de l'appartement pour l'inviter à entrer. La jeune femme fit deux pas à l'intérieur de la pièce et entendit la porte se refermer derrière elle. Quand elle se retourna vivement, elle s'aperçut qu'Enrique avait fichu le camp, la laissant en tête-à-tête avec Richard. Bien sûr, c'était ce qu'elle voulait, le voir seule à seul pour parler de la Guilde, mais il n'empêche que les manigances de l'espagnol pour la pousser vers le Seigneur avaient été remarqué au moins d'elle-même et elle ne voulait pas qu'il éveille les soupçons de Richard.
S'intimant à conserver son calme, Helen se tourna de nouveau vers le coeur de la pièce où se tenait son supérieur et éternel ennemi. Croiser son regard la mettait de moins en moins mal à l'aise au fil des années mais elle ne pouvait pas s'empêcher de se sentir à la fois honteuse vis à vis de ce qui s'était passé entre eux pendant la fameuse nuit et impressionnée par lui. A chaque fois qu'ils étaient seuls dans une pièce tous les deux, elle repensait à cette nuit et elle devait lutter pour faire taire la petite voix qui lui criait de recommencer. Bien sûr, elle en mourrait d'envie. Est-ce qu'elle allait repasser à l'acte ? Plutôt se tirer une balle dans le genou ! Quoique... si c'était une petite balle...
Croisant les bras sous sa poitrine, Helen s'appliqua à prendre un air seulement moyennement énervé pour lâcher :

_ Je ne voudrais pas avoir l'air d'abuser mais j'aimerais assez savoir ce qui se trame sur ma base. Qui est ce blondinet et son gorille russe ? Je sais que c'est toi qui commande et loin de moi l'idée de révoquer l'hospitalité que tu leur as accordé mais j'avais pensé que tu me dirais au moins pourquoi ils sont là.

_________________
Wild Wild Woman
Nul ne s'est attaqué à elle sans qu'il s'en soit repenti.



Dernière édition par Helen L. Enestia le Lun 5 Sep - 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Dim 7 Aoû - 17:19

On était entrain de mettre au point les dernières nouvelles avec Enrique. Après tout avec lui, on savait de suite à quoi s'en tenir n'est-ce pas ? Il n'avait pas eu l'air de douter de l'interrogatoire et du reste, on pouvait aisément le comprendre, après tout il connaissait ce type n'est-ce pas ? Mieux que lui c'était toujours ça vous me direz. Malgré tout on restait toujours aussi sceptique pour l'occasion, peut-être parce que la première fois qu'il avait vu Michael, ils avaient failli s'entretuer, bon la fois suivante, cela avait été de nouveau le cas, de plus l'autre gros baraqué qui était là, il ne l'aimait pas. Il avait une tête qui ne lui revenait pas en fait. Enfin pour le moment on se contentait de se changer, on n'allait pas rester en tenue de cérémonie quand même ! Et Enrique qui restait là, imperturbable bien sur, ou plutôt si on se contentait de ses grognements, cela pouvait être ça.

"Toujours sur de toi ?"
"Hum oui, je l'ai formé, pas autant que je le voudrais, mais ce fut le cas."
"Tu sais dans quoi on s'engage n'est-ce pas ?"
"Ce ne sera pas pire que d'habitude, au pire des cas je le mords."

Avant de sourire et de dévoiler ses deux canines. Richard soupira avant de secouer la tête, il aimait jouer le type même du vampire en fait, ce que tout le monde connaissait, mais il savait que ce n'était pas son genre habituellement. Enfin pour le moment, on enlevait son attirail, certes, les cérémonies c'était bien, mais ce n'était pas sa tasse de thé, d'autant plus qu'il aimait ses propres vêtements en fin de compte. Il enleva le tout avant de se retrouver simplement en boxer, bien pendant qu'il recherchait ses vêtements un peu partout, Enrique partit ouvrir. On ne savait pas vraiment de qui il s'agissait, enfin cela devait être important pour venir le déranger en fin de compte non ? Et oui, ce fut le cas, quand il eut mis son pantalon, un jean visiblement, restant encore torse nu alors qu'il récupérait une chemise. Son attirail niveau armement était sur son lit. Se retournant, il aurait pu être surpris de voir Helen à la place d'Enrique.

"Enrique a changé de bord ?"

Chemise en main, il se rapprocha de son lit, il avait quand même le droit de s'habiller le temps qu'elle lui hurle dessus, ou plutôt qu'elle lui fasse quelques commentaires. Visiblement, elle n'avait pas apprécié ce qu'il avait fait dans son dos, mais cela s'était passé assez rapidement, oui bon il pourrait lui expliquer, mais bon, est-ce qu'elle écouterait vraiment et n'en ferait pas qu'à sa tête comme d'habitude ? Va savoir.

"Et tu aurais écouté ou tu aurais fait semblant ?"

Léger sourire amusé, oui car nul doute qu'elle n'aurait même pas cherché à savoir le pourquoi qu'elle n'aurait pas voulu. Bon bien sur, on y serait allé, après tout, il était censé être son supérieur, mais elle avait toujours une tendance à la rébellion en fin de compte. Il mit tranquillement sa chemise avant de la boutonner comme si de rien n'était. Visiblement il ne la craignait pas, lui tournant le dos comme ça, non, si elle voulait prendre la place il suffirait qu'elle lui plante une de ces dagues en lui, si elle y arrivait en fait.

"Michael et ses sbires ont des informations concernant les dirigeants de certains pays d'Europe. Et apparemment ils souhaiteraient faire sauter la Confrérie qu'ils prennent pour une vulgaire mascarade, comme d'habitude, ils ont peu d'informations, et Michael était la bonne poire pour trouver les informations et ensuite, il a suffit de vouloir éliminer un courtier en informations et un assassin pour déclencher une guerre. Dommage que cela n'ait pas fonctionné comme ils espéraient. Maintenant, je souhaite juste les informations que nous ne possédons pas sur ces types pour leur faire payer tout simplement. Je n'ai pas encore décidé de son sort, pourquoi ? Tu veux faire joujou avec son grand copain costaud ? Toujours aussi adepte de tes poignards ?"

En attendant, il avait quand même fini de s'habiller, aux pieds, des sortes de rangers en plus courts bien entendu, il avait remis ses armes, son étui à baguette au niveau du poignet droit, prêt à faire jaillir la baguette dans sa main, deux holsters sur les cuisses avec des pistolets arbalètes modifiés avec un magasin de mini-carreaux, sans oublier bien sur, son mini-katana, un wakizashi qui trainait encore sur le lit, plus les deux armes moldues, beretta 9mm qui trainaient aussi.

"Si c'est juste pour ça que tu es venue, te voilà satisfaite non ? Ou alors tu voulais autre chose Helen ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Helen L. Enestia
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 629
Age : 30
Célébrité : Evangeline Lilly
Avatar © : ^^
Doubles-Comptes : Léa M. Delaunay



Journal de Bord
Age du Personnage : 29 ans
Patronus : Cygne noir
Métier :


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Dim 7 Aoû - 20:43

Évidemment, Enrique l'avait laissée entrer en plein pendant le temps où Richard se changeait. Il y avait fort à parier qu'il l'avait fait exprès en plus ! Grrr... Si sa condition d'hybride ne lui conférait pas une force supérieure à la suite, la jeune femme se monterait bien contre lui pour lui faire passer l'envie de s'amuser à ses dépends.
Tout le temps où son Seigneur s'habillait, Helen avait gardé les yeux fixement attachés au mur à sa gauche, histoire de lui laisser un peu d'intimité – non pas qu'il lui reste encore quelque chose à cacher... Quoique Richard s'était étoffé avec les années, prenant muscles et cicatrices, bref un ensemble des plus charmants.

_ "Et tu aurais écouté ou tu aurais fait semblant ?"

Saisissant la pique lancée, Helen plissa ses yeux verts et tourna sept fois sa langue dans sa bouche pour se retenir de contrattaquer. En tant que Commandant de base, elle était d'une patience et d'un professionnalisme fou. Cependant, Richard avait le don de la faire perdre ces qualités à chaque fois qu'ils se voyaient. Même lorsqu'il ne disait rien, elle se sentait agressée par lui et avait envie de sortir les griffes.
Le Seigneur de la Guilde termina tranquillement de s'habiller avant de répondre à son attente en lui livrant une explication de la situation.

_ "Michael et ses sbires ont des informations concernant les dirigeants de certains pays d'Europe. Et apparemment ils souhaiteraient faire sauter la Confrérie qu'ils prennent pour une vulgaire mascarade, comme d'habitude, ils ont peu d'informations, et Michael était la bonne poire pour trouver les informations et ensuite, il a suffit de vouloir éliminer un courtier en informations et un assassin pour déclencher une guerre. Dommage que cela n'ait pas fonctionné comme ils espéraient. Maintenant, je souhaite juste les informations que nous ne possédons pas sur ces types pour leur faire payer tout simplement." 

Helen avait écouté sans broncher, les bras toujours obstinément croisés sous sa poitrine et les yeux plissés. Quelque part, ça l'embêtait que Richard se soit trouvé sur la base juste au moment où elle s'était faite attaquée parce qu'elle avait du lui laisser le commandement le temps de l'escarmouche. En fait, ça la dérangeait profondément parce que ce Sanctuaire-là était sa maison, que ses membres étaient sa famille et qu'elle voulait être celle qui protégeait leurs vies en donnant les bons ordres au bon moment. Et peu importait qu'ils soient des assassins renommés à travers le monde et qu'ils puissent eux-même veiller à leur propre vie !

_ "Je n'ai pas encore décidé de son sort, pourquoi ? Tu veux faire joujou avec son grand copain costaud ? Toujours aussi adepte de tes poignards ?"

A cette remarque, Helen perdit son air renfrogné pour hausser un sourcil et esquisser un discret sourire. Faire joujou avec Dmitry Svonarevski ? Moui, pourquoi pas ? Son coté ours mal léché n'était pas totalement sans saveur. Allez savoir si ça n'embêterait pas Richard au fond ? Toutes les opportunités étaient bonnes à prendre. Mais non, cette fois, elle passerait son tour.
Quand il parla de ses poignards, Helen décroisa les bras et effleura inconsciemment l'holster sur son flan gauche. Oui, toujours adepte de ces meilleurs amis. Qu'il ne lui en parle pas trop, car il pourrait bien en retrouver un dans son coeur un jour prochain...

_ "Si c'est juste pour ça que tu es venue, te voilà satisfaite non ? Ou alors tu voulais autre chose Helen ?"

Hey dis-donc, mon vieux, c'était chez elle là ! Il ne manquerait plus qu'elle se fasse mettre à la porte aussi.
Pour montrer qu'elle n'avait pas l'intention de s'en aller, Helen fit quelques pas dans la pièce pour s'éloigner de la porte. D'abord silencieuse, elle examina sommairement la chambre puis alla se jucher sur la commode. Confortablement assise, les jambes pendantes et le dos au mur, elle s'appliqua à prendre son air revêche pour demander avec moins d'animosité :

_ J'ai tendance à ne pas faire confiance aux informateurs. Comme les assassins, ils sont fidèles à ceux qui les payent alors comment peut-on être sûr qu'ils ne travaillent pas pour ces dirigeants européens afin de recueillir pour eux des informations en s'infiltrant chez nous ?

A peine eut-elle croisé le regard de Richard qu'elle sentit sa gorge se serrer et tourna la tête.

_ Tu vas penser que je suis trop soupçonneuse mais on ne l'est jamais trop, n'est-ce pas ? Règle n°7.

En s'entendant énoncer le règlement de la Guilde, Helen ne put retenir un sourire. C'était assez drôle qu'elle y fasse référence quand on savait qu'elle peinait déjà à respecter la règle n°1 et qu'elle prétendrait, quand elle aurait réussi à retrouver l'assassin de sa mère, ne pas avoir connaissance de la n°8.
La jeune femme secoua la tête pour chasser cette idée de sa tête et se pencha pour extirper un balisong toujours camouflé dans sa botte droite. Elle joua un peu avec son couteau papillon en regardant ailleurs, absorbée par ses réflexions. Toutes les armes qu'elle portait sur elle étaient devenues des extensions naturelles de ses bras. Elle pouvait les manipuler des heures sans jamais se blesser avec leurs lames.

_ Quand est-ce que tu comptes interroger le prisonnier ? Demanda-t-elle subitement en faisant référence à James Vega, capturé lors de l'attaque. J'aimerais assez jouer le méchant flic et lui couper quelques membres entre deux questions, si tu permets.

_________________
Wild Wild Woman
Nul ne s'est attaqué à elle sans qu'il s'en soit repenti.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Dim 7 Aoû - 21:05

Il pouvait aisément comprendre, lui non plus ne faisait pas confiance dans les informateurs. Enfin ce n'était pas une raison qu'elle fasse comme chez elle, bien que quelque part on l'était chez elle, mais bon c'était chez lui également. On avait compris le principe vous me direz, mais bon, elle voulait marquer son territoire on dirait, d'accord, si elle jouait à ce petit jeu, elle jouera toute seule de toute manière. Il secoua légèrement de la tête tout en gardant un léger sourire amusé sur les lèvres. Parler des règles de la Confrérie, alors que parfois elle avait du mal à les respecter. De qui on se moquait franchement ? Elle le prenait pour qui ? Désolé, il n'était pas l'un de ses subordonnés.

"Me crois-tu assez bête pour lui accorder ma confiance et l'accès à nos différentes données ? Allons Helen, tu peux faire mieux que ça quand même."

Oui on était quand même dans un cadre plus privé, on se contentait d'être lui-même et de la tutoyer. Enfin pour le moment, reprenons le fil de la conversation, cela concernait quand même ce qui se passait en ce moment avec la Confrérie en général, même si on doutait que ces dirigeants sachent quoique ce soit d'important les concernant en fin de compte. Observant son balancement des jambes - charmant au passage - il revint vers son visage quand même. On n'était pas là pour observer son corps, elle venait parler, donc nous allions parler, jusqu'au moment ou cela serait suffisant à son avis.

"Tu sais comme moi que chaque homme ou femme qui entre ici, appartenant ou non à la Confrérie, jure sur leur magie de ne jamais rien divulguer concernant ce qu'ils voient, ce qu'ils entendent, ce qu'ils touchent et j'en passe. Mais je me méfie également. On a déjà eu maille à partir par deux fois par le passé, je ne fais jamais totalement confiance en quelqu'un, sauf en de rares occasions."

Léger regard appuyé, cela voulait bien dire ce que cela voulait dire. Il avait confiance en elle, pleinement confiance, après tout, il l'avait nommée à ce poste c'était bien pour une raison, c'était pour son talent, ce qu'elle était, on avait mis de côté ce qui s'était passé entre eux, car cela ne devait pas entrer en ligne de compte. Non c'était simplement parce qu'elle était elle qu'il l'avait nommée là. Enfin passons n'est-ce pas et allons sur un autre sujet, enfin autre, c'était surtout concernant l'interrogatoire de leur prisonnier. Il sourit malicieusement, apparemment, elle avait hâte d'aller tordre le cou de ce petit prétentieux, ou alors elle était en manque va savoir, il ne pouvait répondre pour elle. Pour l'instant il laissa les armes qui restaient encore sur le lit sous celui-ci d'ailleurs avant de reprendre la conversation.

"Toujours autant dominatrice n'est-ce pas ? Je m'en souviens."

Pourquoi il parlait de ça ? Oui bon laissons tomber, cela revenait au mauvais moment, ils n'en avaient jamais reparlé, on n'allait pas le refaire maintenant. Enfin il fallait remettre désormais la conversation dans un contexte un peu plus professionnelle tout simplement. Va savoir vers quoi cela les mènerait sinon, on ne savait même pas lui-même.

"J'ai laissé nos deux invités s'occupaient de lui, à voir comme un test, mais je pense qu'après je te le laisserais, si tu es sage bien entendu."

Ce serait à elle de voir quand elle descendra pour aller voir notre invité, il n'allait pas assister à tous les interrogatoires non plus, et elle était capable de lui extirper quelques informations, de toutes les façons qu'elle jugeait nécessaire de toute manière. Et on ne voulait pas savoir jusqu'ou cela allait.

"L'Angleterre a l'air de te réussir."

En la désignant, il n'avait jamais été doué pour s'exprimer sur autre chose que le plan professionnel, ou après sarcastique, alors les compliments, n'en parlons pas quand même. Mais il faisait des efforts, Enrique lui avait parlé, enfin essayé de lui parler par sous entendus ou je ne sais quoi. Bref on essayait disons d'être plus "normal", même s'il ne savait pas ce que cela voulait dire. De toute manière on redeviendrait bien vite le sarcastique habituel, c'était juste un compliment comme ça, pas de quoi en faire une chanson non plus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Helen L. Enestia
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 629
Age : 30
Célébrité : Evangeline Lilly
Avatar © : ^^
Doubles-Comptes : Léa M. Delaunay



Journal de Bord
Age du Personnage : 29 ans
Patronus : Cygne noir
Métier :


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Lun 8 Aoû - 9:58

_ "Me crois-tu assez bête pour lui accorder ma confiance et l'accès à nos différentes données ?"

Le sourire qu'esquissa Helen en entendant cette question fut sa réponse. Oui, effectivement. Seulement, elle ne dit rien, préférant passer sur la provocation qui suivit. Richard perdit son sarcasme pour compléter :

_ "Tu sais comme moi que chaque homme ou femme qui entre ici, appartenant ou non à la Confrérie, jure sur leur magie de ne jamais rien divulguer concernant ce qu'ils voient, ce qu'ils entendent, ce qu'ils touchent et j'en passe. Mais je me méfie également. On a déjà eu maille à partir par deux fois par le passé, je ne fais jamais totalement confiance en quelqu'un, sauf en de rares occasions."

Brièvement interloquée, la jeune femme s'émerveilla de l'expression « avoir maille à partir » qu'elle ne connaissait pas du tout mais qui lui plaisait car elle n'était pas sans évoquer le souvenir de ses longues heures d'apprentissage du tricot avec sa mère lorsqu'elle était enfant. D'ailleurs, personne ne savait que dans sa botte gauche était fixée une aiguille à tricoter qu'elle transformait en arme entre ses mains habiles et vives.
Le regard appuyé de Richard la remit dans la réalité et elle se rendait compte que par lui, il la désignait comme ses personnes de confiance. Ses pommettes se teintèrent très légèrement de rose et elle se sentit momentanément honteuse de lui faire cette guerre acharnée. Pour masquer sa gêne, la belle préféra détourner le regard.

_ "Toujours autant dominatrice n'est-ce pas ? Je m'en souviens."

Si Helen avait été en train de boire, elle aurait certainement recraché toute l'eau qu'elle avait dans la bouche. Quoi ?! Mais pourquoi parlait-il de ça maintenant ? Il était dingue ! Oh mon dieu, il n'allait quand même pas lancer le sujet maintenant, si ? Elle n'était absolument pas prête. Elle n'aurait pas su quoi lui dire.
Heureusement, le Seigneur dut se rendre compte lui même qu'il allait faire une grosse boulette parce qu'il préféra revenir au sujet initial. En attendant, la jeune femme avait tout de même eu une grosse bouffée de chaleur et son petit coeur s'était énervé dans sa poitrine.

_ "J'ai laissé nos deux invités s'occuper de lui, à voir comme un test, mais je pense qu'après je te le laisserais, si tu es sage bien entendu."

Oh yeah ! Voilà autre chose qui avait le don de l'exciter. Les interrogatoires étaient une autre de ses spécialités. Les gens finissaient toujours pas parler. Toujours. Le fait que leur interrogateur soit une femme devait les mettre en confiance parce qu'elle émettait une image de douce et de finesse. Mais après les premières tortures, quand ils se rendaient compte qu'Helen était une vraie malade du couteau et qu'elle connaissait par coeur l'anatomie pour savoir quoi couper sans que le détenu ne se vide de son sang et souffre un maximum, ils déchantaient et le fait qu'elle soit une femme empirait leur réalité. Son père l'avait fait s'exercer sur des animaux pendant son apprentissage et à sa mort, un assassin russe fraîchement sorti de Nuremberg lui avait montré quelques autres petits trucs imparables parce que l'âge allait l'emporter dans la tombe. Bien sûr, Helen ignorait que le prisonnier était extrêmement bel homme. Mais quelle différence ? Qui agit contre sa guilde mérite de mourir.

_ "L'Angleterre a l'air de te réussir."

Le compliment la frappa en pleine tête comme un frisbee. Évidemment, elle ne s'y attendait pas du tout. Richard était-il conscient qu'il prenait des risques soufflant le chaud et le froid sur sa subordonnée ? Au départ, elle crut avoir mal compris mais à la manière dont il la désignait, il parlait manifestement de son apparence physique. Elle déglutit et battit une fois de ses longs cils bruns. Ses yeux verts luisaient d'une manière inédite. Au prix d'une discrète inspiration, elle reprit constance et sauta de la commode.

_ Merci, souffla-t-elle tout de même en s'approchant du lit de sa démarche de chat si élégante.

Arrivée au bord du lit, et de ce fait quasiment à coté de Richard, il devint évidemment que la jeune femme regardait le wakizashi qui se trouvait posé sur la couverture. Elle avait toujours admiré ces petits katanas. Bien sûr, elle n'allait pas y toucher -on ne touchait jamais aux armes d'un assassin- mais sa muette contemplation la fit cesser de jouer avec son balisong pour se pencher et le remettre à l'abri dans sa botte droite. C'était dommage qu'elle le considère comme son ennemi. Peut-être que s'ils avaient été amis, elle aurait réussi à lui demander de lui apprendre le maniement du wakizashi. Helen était une championne du poignard et du fleuret mais elle avait encore du mal avec les longueurs intermédiaire.
Bon... Richard lui avait fait un compliment, elle pouvait bien dire quelque chose de gentil et de pensé à son sujet également non ? Ce n'était pas si elle n'avait pas d'idées, il fallait juste qu'elle se convainque que ce n'était pas une faiblesse de sa part.

_ Tu t'es bien battu... quand nous sommes allés chercher le blondinet en Russie.

Voilà, ce n'était pas si difficile que ça finalement. Helen tourna la tête vers le Seigneur de la Guilde et plongea ses yeux verts dans les siens. Elle resta un moment à la regarder avant d'esquisser un petit sourire en coin. Encore cette fois, elle sentait la tension qu'il y avait entre eux. Leurs corps n'étaient séparés que par quelques centimètres mais c'était comme si une main invisible poussait sur son dos pour la rapprocher de lui. La jeune femme se mordit légèrement la lèvre inférieure et détourna la tête pour fixer de nouveau ses yeux émeraude sur le petit katana.

_ J'ai hâte de faire payer ceux qui ont cru pouvoir s'attaquer à nous.

A « nous », pour une fois, elle se mettait volontairement dans le même bateau que Richard. Car oui, finalement, il jouait tout de même pour la même équipe.

_________________
Wild Wild Woman
Nul ne s'est attaqué à elle sans qu'il s'en soit repenti.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Lun 8 Aoû - 11:10

Ouais, il avait fait une légère boulette avec ce petit compliment, mais bon, pour maintenant, on ne pouvait pas revenir en arrière, non par contre le fait que par la suite elle s'approche, on se demandait bien ce qu'elle allait faire. D'ailleurs le léger haussement de sourcil le lui confirma, qu'est-ce qu'elle faisait ? Bon à part admirer les armes qui lui restaient et qu'il venait ensuite de ranger ? Bonne question. Irrémédiablement, le fait qu'ils soient si proches l'un de l'autre était quelque chose d'assez inédit. Ils étaient rarement en contact, tout du moins aussi rapproché en fait, et il y avait toujours cette tension entre eux, comme si en fin de compte, quelque chose d'électrique se passait entre eux, autant pour les séparer que pour les amener l'un vers l'autre tout simplement. Il esquissa un sourire malicieux, est-ce qu'elle avait l'air gênée par ce qu'il venait de dire ou par ce qu'elle avait dis justement.

Ah leur petit voyage en Russie, oui, cela avait été rapide, et on avait pas fait grand chose, surtout que leurs ennemis du moment, ce n'était pas grand chose, quelques gardes en fait, rien d'insurmontable, mais la voir tenter de lui faire un compliment, c'était quelque chose d'assez amusant. On en avait pas fait un pour qu'elle fasse de même, on avait même rien demandé vous me direz. Du coup, la voir aussi mal à l'aise, c'était intéressant n'est-ce pas ?


"Ne te force pas tu sais."

Sourire amusé pour l'occasion, bon en tout cas ce petit moment avait l'air d'être fini en quelque sorte ou plutôt ce fut elle qui y mit tout simplement un terme en détournant le regard, visiblement, elle ne pouvait soutenir le sien. Lui n'avait pas ce problème là, après tout, on savait compartimenter, bien que leur proximité disons, que tout ceci restait assez étrange. Oui il n'était pas sans sentiment ou sans désir, et bien sur, le fait qu'on ait déjà goûté au fruit défendu, cela ne faisait pas que taire tout cela, au contraire, il voyait, sentait bien cette alchimie un peu particulière entre eux. De toute manière quand on se remémorait cette soirée là, on peut dire qu'ils avaient été très loin dans l'alchimie des corps.

Enfin revenons à un sujet un peu plus général, il faut dire que niveau sentiment ou plutôt de réussir à parler de ce qui s'était passé et autre, ils n'avaient jamais réussi, ils avaient juste mis cela derrière eux en fin de compte. Elle avait hâte d'en finir avec ces gus, elle n'était pas la seule. Hochant simplement de la tête, il posa une main sur son épaule, l'air de rien, cela pouvait sembler rien et pourtant, va savoir.


"Du calme tigresse, gardes tes griffes, tu en auras besoin le moment voulu."

Oui on était du genre sarcastique, beaucoup même, mais bon, il avait toujours été comme cela. Enfin pour le moment, il s'avança, pourquoi, peut-être parce qu'il voulait passer, et la distance entre eux deux se réduisit encore plus, quasiment collée l'un à l'autre, après tout, elle n'avait pas bougé n'est-ce pas ? Et dire que l'espace entre le lit et la commode, était assez restreint, ils allaient devoir forcément se coller, se frotter l'un à l'autre si quelqu'un voulait passer.

"Tu permets ? J'aimerais récupérer quelque chose dans l'armoire. Pas que cette situation me dérange, mais il va bien falloir qu'un de nous fasse quelque chose ou alors on va rester comme ça encore longtemps."

Est-ce qu'il y avait un sous entendu quelque part ? Peut-être ou pas, en tout cas, il ne l'avait pas fait exprès. Plus rien ne trainait dans les parages, le peu d'armes qui étaient restées sur son lit, se retrouvaient désormais sous le matelas, il ne restait qu'une petite dague à mettre à sa cheville, et celle-ci était dans l'armoire, mais bon actuellement, on avait Helen quasiment collé à lui, difficile de penser à une dague quand même.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Helen L. Enestia
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 629
Age : 30
Célébrité : Evangeline Lilly
Avatar © : ^^
Doubles-Comptes : Léa M. Delaunay



Journal de Bord
Age du Personnage : 29 ans
Patronus : Cygne noir
Métier :


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Lun 8 Aoû - 15:12

_ "Ne te force pas tu sais."

Savait-il seulement qu'elle n'avait aucun mal à trouver quoi lui dire de gentil mais que sa difficulté consistait dans le simple fait de le dire à voix haute ? Probablement. Quelque part, sans qu'ils ne se soient vraiment parler, ils se connaissaient mutuellement assez bien.
En le voyant s'approcher, Helen dut réprimer le réflexe de faire un saut en arrière pour garder une distance de sécurité. Cet instinct disparut complètement lorsque le Seigneur posa carrément une main sur son épaule. Chaque particule de l'Univers se figea. La jeune femme se sentit envahie d'une chaleur douce et bienfaitrice. Elle dut renoncer à fermer les yeux pour mieux savourer ce contact envoutant. La main de Richard était grande et lourde, réconfortante aussi. Elle combattit avec succès l'envie naissante de la prendre pour la porter à sa joue et réclamer une caresse.

_ "Du calme tigresse, gardes tes griffes, tu en auras besoin le moment voulu."

Helen hocha lentement la tête et se rendit compte qu'elle avait bloqué sa respiration. Elle la reprit naturellement et s'éclaircit la gorge.

_ "Tu permets ? J'aimerais récupérer quelque chose dans l'armoire. Pas que cette situation me dérange, mais il va bien falloir qu'un de nous fasse quelque chose ou alors on va rester comme ça encore longtemps."

Hum ? Oh, apparemment, elle le gênait là où elle était. A moins bien sûr qu'il ne fasse allusion à leur situation... relationnelle. A l'espèce de truc bizarre qu'il y avait entre eux. Helen le regarda quelques instants dans les yeux, espérant y lire une réponse mais n'en vit aucune. Il la fixait juste, avec cette ébauche de sourire amusé qui la faisait inconsciemment craquer. Il fallait à tous prix qu'elle s'éloigne de lui ! Si elle restait, elle allait encore faire une connerie. C'était magnétique, presque inévitable.

_ Bien sûr, répondit-elle d'un ton étrangement détaché en reculant un peu pour faire buter l'arrière de ses genoux au bord du lit, se doutant à peine que la place restante entre elle et l'armoire ne suffirait pas à éviter un nouveau contact physique.

Comme Richard passait et qu'elle tenta de s'écarter encore plus, elle buta le montant en bois et – stabilisée – chercha à se raccrocher à la première chose qu'elle put atteindre afin de ne pas tomber en arrière sur le lit, à savoir la chemise du jeune homme au niveau de son pectoral gauche. Ses longs doigts froissèrent un peu le tissu en l'agrippant et laissèrent une caresse indirecte sur sa peau. Voulant lever les yeux vers lui, son regard s'attarda un peu sur ses lèvres.

_ Ces chambres sont ridiculement petites , marmonna-t-elle sans toutefois broncher.

Dans le couloir, ils entendirent les rumeurs de voix qui disaient :
_ Je cherche notre reine. Elle est avec le Seigneur ?
_ Je crois que oui mais il ne faut pas les déranger, ils sont en réunion.


Et quelle réunion !
Helen retrouva son équilibre sur le sol et commença lentement à lâcher la chemise de Richard. Cependant, on pouvait sentir dans la lenteur de son mouvement qu'elle ne le faisait qu'à regret. Elle aurait pensé se sentir piquée au vif et vouloir fuir le contact avec lui mais sa présence la réchauffait d'une manière très agréable dont elle n'était pas accoutumée. Pour un peu, elle lui aurait balancé une gifle rien que pour le punir de lui faire tant de bien avec ce simple contact.


(Flamingo – La Vida Boheme)

_________________
Wild Wild Woman
Nul ne s'est attaqué à elle sans qu'il s'en soit repenti.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Lun 8 Aoû - 15:31

Quand on disait que ces chambres étaient trop petites, en même temps la plupart du temps, elles ne servaient que pour se reposer et dormir vous me direz, mais il était difficile de passer à deux dans des espaces aussi petits. A vrai dire, quand on essaya de passer, ce qui devait se produire, se passa, ils étaient complètement collés l'un à l'autre, on pouvait sentir son souffle contre lui, sa respiration chaude, elle avait beau essayé de mettre le maximum d'espace entre eux pour que chacun ne soit pas mal à l'aise, pour autant, là, il n'y en avait plus aucune de place de libre à vrai dire. Alors qu'on la voyait qui se débattait pour éviter de tomber, et qu'elle s'accrocha à sa chemise, il passa un bras autour de sa taille finalement, la gardant contre lui pour éviter qu'elle ne tombe également, et qu'il soit emmener avec. Ils étaient proches, trop peut-être l'un de l'autre, en tout cas, nul doute que cette proximité, au départ qui n'était pas voulue, se trouvait là, et qu'aucun d'eux n'avait l'air de vouloir se dégager de cette proximité.

Ce fut les voix venant de l'extérieur qui mirent fin à tout cela, en tout cas cela les fit sortir de leur rêverie du moment. Et pourtant, il était si proche d'elle, il pouvait désormais voir ses lèvres demander à nouveau quelque chose, comme lors de leurs baisers cette nuit là, et comme par hasard cela revenait dans ses pensées à cet instant précis, il pourrait, il voudrait, mais elle lui en collerait une s'il faisait quoique ce soit de toute manière n'est-ce pas ? Après tout elle avait toujours voulu se montrer si indépendante, ne jamais se laisser aller avec qui que ce soit, alors si lui, celui qu'elle avait toujours essayé de dépasser, tentait quelque chose, nul doute que cela ne lui plairait pas. Peut-être parce que cela n'aurait pas été elle à l'initiative de tout cela, va savoir.

Il se racla légèrement la gorge, avant d'enlever son bras de sa taille, dommage, il s'était trouvé bien à cet instant vous me direz. Il pouvait bouger maintenant, enfin c'est ce qu'il essaya de faire, mais malheureusement vu que tous les deux étaient encore à se regarder dans le blanc des yeux, il se prit le pied dans l'un des pieds de la commode, en voulant passer, trébuchant, tombant même au sol et sans le faire exprès l'emmenant avec lui. Fort heureusement, et par chance, ce fut lui qui tomba par terre le premier, elle sur lui. Sur le coup, on n'apprécia pas vraiment le contact avec le sol en fait, et ce n'était pas dans ses habitudes d'être maladroit en fait, elle le désarçonnait par moment c'était dingue.


"Beaucoup trop petite."

En murmurant, ils étaient de nouveau si proches l'un de l'autre, à vrai dire, il ne restait que peu d'espace entre leurs visages désormais, il pouvait sentir son souffle sur son visage, il pouvait à nouveau détailler son visage, observer ces courbes fines, ses mains s'étaient déjà placées sur sa taille comme pour l'empêcher de partir, alors qu'en fait, il ne pensait encore à rien. C'était complexe entre ces deux-là, autant ils pouvaient être attirés l'un par l'autre, autant ils pouvaient se battre comme des chiffonniers de l'autre, va savoir comment cela tournerait.

"Et maintenant ?"

Quoi ? Vu leur situation, c'était elle qui était sur lui, et pas l'inverse, donc si quelqu'un devait prendre une décision c'était elle en fait, de toute façon il suivrait, en quelque sorte. Certes, si quelque chose se passait, on se demandait comment par la suite on verrait cela, car il faudrait fortement reparlé de la première fois, mais si ne se passait on pouvait aussi en parler au travers de sarcasmes. Dans tous les cas, ce serait compliqué, et va savoir sur quoi cela déboucherait vous me direz. Mais nul doute que si son corps restait collé contre le sien de cette manière, il aurait des réactions typiques d'un homme, et en pensant à cela, un sourire malicieux pointa le bout de son nez sur son visage.

"Ca me rappelle une autre situation."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Helen L. Enestia
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 629
Age : 30
Célébrité : Evangeline Lilly
Avatar © : ^^
Doubles-Comptes : Léa M. Delaunay



Journal de Bord
Age du Personnage : 29 ans
Patronus : Cygne noir
Métier :


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Lun 8 Aoû - 16:42

Helen s'était presque résolue à lâcher Richard lorsque ce dernier s'emmêla les pinceaux et l'entraînant dans sa chute sur le sol. Elle ferma les yeux comme si cela allait l'aider à amortir le choc, pour ne les rouvrir que lorsque leurs deux corps furent immobilisés. La jeune femme avait atterrie sur lui. Avait-il tenté d'amoindrir son mal en se débrouillant pour que ce que soit pas l'inverse ? Cela aurait voulu dire qu'il avait tenté de la protéger quelque part et ça ne lui paraissait pas bien possible.
Helen avait toujours sa main gauche posée à plat sur son pectoral. Sa main droite était par terre. Ses jambes étaient de chaque coté de la jambe droite de son collègue. Une situation qui lui était globalement familière.

_ "Beaucoup trop petite."

En l'entendant renchérir, la jeune femme eut un petit éclat de rire et ne put s'empêcher de sourire de toutes ses dents pour s'amuser elle aussi de la suite de maladresses qui venaient de se produire. Elle souriait rarement en présence de Richard ; elle était trop tendue pour cela. Pourtant, c'était une femme plutôt agréable.

_ "Et maintenant ?"

Son sourire disparut comme elle croisa le regard du seigneur. Il la contemplait avec une intensité qui lui fit monter le rose aux joues sans qu'elle y puisse quoi que ce soit. « Maintenant tu m'embrasses » voulait-elle dire sans que les mots ne parviennent à sortir de sa gorge. Et encore, c'était là la plus soft des choses qu'elle voulait de lui.
Soulevant légèrement son bassin, Helen s'aperçut du poids des mains de Richard sur ses hanches. Il la tenait comme s'il ne voulait pas qu'elle parte. Retenant son souffle, elle se confronta une nouvelle fois à son regard, faisant des aller-retours inconscients de ses yeux et ses lèvres.

_ "Ça me rappelle une autre situation."

Ça, il pouvait le dire ! D'ailleurs, Helen se demanda comment ce serait maintenant, s'ils couchaient ensemble. Ils avaient tout de même six années d'expérience de plus par rapport à la première fois puisqu'ils n'avaient alors que 23 et 24 ans. Ce serait surement grandiose avec le magnétisme qui existait entre eux.
Atrocement tentée, la jeune femme resta encore un peu à le regarder et à hésiter. Finalement, elle se redressa pour se mettre à califourchon sur ses jambes. Jetant un bref coup d'oeil à son entrejambe, elle esquissa un petit sourire de satisfaction et reporta son attention sur ses yeux. Insinuant ses mains dans celles du seigneur, elle tira légèrement dessus pour lui indiquer de se redresser en position assise et la lâcha lorsque ce fut fait. Leurs bustes étaient de nouveau très proches et elle pouvait sentir son souffle chaud sur son visage.
Helen devait prendre une décision. Elle avait posé ses mains sur ses propres cuisses pour ne pas avoir à toucher son partenaire et pouvoir réfléchir tranquillement. Mais elle n'était pas vraiment tranquille avec cette bouche juste devant elle qui l'obsédait. Sans vraiment s'en rendre compte – et sans quitter Richard des yeux – la jeune femme approcha son visage du sien. Quand son nez frôla celui de son partenaire, elle sursauta légèrement et réalisa qu'elle avait quasiment franchi le point de non retour. Ses doigts subitement mal assurés se portèrent tous seuls jusqu'au col de la chemise du jeune homme et défit les deux premiers boutons pour pouvoir glisser une main dans son cou. Il était chaud et agréable. Finalement, ses grands yeux verts se fermèrent et ses lèvres s'approchèrent, venant juste frôler celles du seigneur mais sans les embrasser. Elle ouvrit la bouche lentement et vint mordiller tout doucement la lèvre inférieure de Richard.

_________________
Wild Wild Woman
Nul ne s'est attaqué à elle sans qu'il s'en soit repenti.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Lun 8 Aoû - 16:59

Qui aurait pu penser que sa simple interruption de toute à l'heure tournerait comme cela ? Certainement pas lui. Bien sur, il n'y avait aucun doute qu'entre eux, il y avait quelque chose, quoi, le question était encore existante vous me direz, mais c'était là. La situation était quelque peu pesante, dans le sens, ou il faudrait faire quelque chose, mais quoi ? D'autant plus que c'était elle la maitresse du jeu désormais. A croire qu'il pouvait se laisser faire par moment, c'était rare vous me direz. Il suivit les mouvement se redressant, ses mains ne lâchant leur emplacement pour rien au monde, elle n'avait pas l'air de vouloir poser les mains sur lui cependant. Est-ce qu'elle se doutait de ce qui se passerait désormais ? Après tout, vu désormais leurs positions, il serait difficile de faire comme si de rien n'était. Leurs corps se touchaient presque, quasiment même, elle si proche, et pourtant si inaccessible.

il esquissa un sourire malicieux, elle prenait les devants, enlevant les premiers boutons de sa chemise, des gestes mal assurés, à vrai dire, même lui n'en tenait pas vraiment large. Après tout, était-ce vraiment une bonne chose de faire cela ? On en savait rien, de toute manière, ce fut bien vite oublier quand elle s'approcha de son visage, sans pour autant au début l'embrasser, il grogna même, de frustration, elle jouait avec lui. Son corps réagissait déjà au fait qu'elle soit contre lui de cette manière, et ce n'était que le début à vrai dire, ses lèvres vinrent frôler les siennes, elle mordilla l'une des siennes, la joueuse, la tigresse. Il n'était pas vraiment du genre à jouer à ce petit jeu, plus maintenant. Plus maintenant qu'ils avaient été trop loin pour renoncer ou reculer finalement.

Ses mains passèrent sous sa chemise, caressant son dos, la rapprochant de lui, leurs souffles se mélangeant avant qu'il ne prenne d'assaut les siennes, férocement, passionnément, comme si on avait été en manque, cette fois, il n'y avait plus de doutes possibles n'est-ce pas ? Bien qu'on ne sache pas la finalité de ce qu'il y avait exactement entre eux, serait-ce simplement un coup d'un soir, juste histoire de faire taire cette attraction entre eux pendant encore quelques années ou serait-ce plus profond ? Pour l'instant, on allait se contenter finalement de profiter. Malheureusement, il fallait bien respirer, et il détacha ses lèvres des siennes, avant de murmurer.


"Sais-tu dans quoi tu t'engages ? Pas de faux semblant cette fois, je te préviens."

C'était clair, ce n'était pas juste histoire de s'envoyer en l'air, ou alors qu'elle le dise de suite avant qu'on aille plus loin. Ils n'avaient pas discuté il y a de cela six ans, maintenant ils devraient le faire, mais après tout ceci certainement. Il revint vers ses lèvres, les effleurant, tout en lui murmurant.

"Alors ta réponse ?"

Pour l'instant il n'attendit pas vraiment pour bifurquer vers son oreille, la mordillant légèrement, laissant ses lèvres couvrir sa peau, juste l'effleurer le long de sa nuque, à la base du cou, près de son épaule, il voulait plus, il voulait arracher cette chemise ou chemisier et venir de nouveau découvrir ce corps, mais pour l'instant, seule sa réponse donnerait la suite des évènements. Sex or not sex, that is the question !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Helen L. Enestia
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 629
Age : 30
Célébrité : Evangeline Lilly
Avatar © : ^^
Doubles-Comptes : Léa M. Delaunay



Journal de Bord
Age du Personnage : 29 ans
Patronus : Cygne noir
Métier :


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Lun 8 Aoû - 18:06

Entendre Richard pousser un petit grognement de frustration fut très savoureux pour Helen qui était toujours à mi chemin entre la volonté de l'ennuyer et celle de lui faire plaisir. Quand, en réponse à son mordillement certainement, le seigneur s'alluma comme une mèche et fit glisser ses mains sous son chemisier de soie noire pour couvrir son dos de caresse, la jeune femme frémit et se colla encore plus à lui pour l'encourager à poursuivre. Elle constata que ses mains avaient toujours l'extraordinaire pouvoir de faire vibrer son corps tout entier. Elle avait eu d'autres partenaires au cours de ces six années bien sûr mais aucun d'eux n'était parvenu à lui faire ressentir ce qu'elle éprouvait en ce moment même, alors qu'ils avaient pourtant encore tous leurs vêtements. Avec Richard c'était juste... une avalanche de sensations et de sentiments. La plupart d'entre eux s'opposaient terriblement d'ailleurs et ce devait être ça, le fameux mélange magique, ce qui faisait qu'elle ne pouvait pas s'empêcher d'être attirée par lui, de le vouloir.

Lorsqu'il prit ses lèvres d'un assaut plein de fougue et de férocité, Helen craqua complètement. Elle enroula ses bras autour de son cou pour se presser toujours plus contre lui. Elle était une assoiffée dans le désert qui trouvait enfin une oasis. Les lèvres de son partenaire étaient tellement douces qu'elle voulait les sentir partout sur elle. Cette pensée la fit rougir davantage. Quelle importance puisqu'il ne le voyait pas ? Monsieur était bien trop occupé pour le moment. Et elle aussi.
Malheureusement, et malgré le fait qu'elle ait de bonnes performances en apnée, un être humain à besoin d'air pour vivre (et continuer à embrasser l'objet de ses fantasmes cachés) alors les deux assassins durent momentanément séparer leurs bouches avides.

_ "Sais-tu dans quoi tu t'engages ? Pas de faux semblant cette fois, je te préviens" murmura Richard en profitant traitreusement de cette pause.

Les yeux toujours clos, Helen frotta sa joue contre celle du jeune homme pour la caresser. Elle frissonna quand il vint frôler de nouveau ses lèvres et ajouter :

_ "Alors ta réponse ?"

Quoi, il était sérieux ? Un instant de panique la submergea. Merde. Qu'allait-elle répondre ? Elle ne savait même pas ce qu'elle voulait. Enfin si, là tout de suite, c'était lui qu'elle voulait. Mais est-ce qu'elle serait capable d'en discuter après l'avoir eu ? N'allait-elle pas plutôt paniquer, flipper à mort en pensant avoir encore fait une boulette et se tirer en catimini ? Elle était sur le point de le repousser pour prendre la tangente avant qu'ils ne soient trop tard quand elle sentit soudain les lèvres de Richard glisser jusqu'à son oreille puis dans son cou, sur sa nuque... Ses gestes étaient infiniment doux et délicats. Helen ne s'attardaient jamais sur ce genre d'attentions avec ses partenaires précédents. A son avis, c'était réservé aux amoureux et elle, elle n'avait jamais aimé. Est-ce que le jeune homme l'aimait ? Est-ce qu'il essayait de le lui dire en la prévenant qu'il ne voulait pas de faux semblant ? Soudain, la perspective lui parut trop belle. Elle n'avait jamais ressenti pour quelqu'un d'autre ce qu'elle éprouvait alors peut-être que c'était de l'amour. Comment le savoir ? Peut-être avait-elle confondu cela avec de la haine toutes ces années. Elle avait quand même 29 ans. Il n'y avait plus de temps à perdre.

_ D'accord, souffla-t-elle en attrapant le menton de Richard entre ses doigts pour le détourner de son épaule et le forcer à revenir croiser son regard.

Elle resta quelques secondes silencieuses, se contentant de garder ses yeux dans les siens, avant de pencher la tête pour déposer un petit baiser sur ses lèvres et murmurer :

_ Je me rends.

Ses mains coururent sur la chemise de Richard pour arriver à l'endroit du troisième bouton et, attrapa un pan dans chacune des mains, elle les écarta d'un coup sec l'une de l'autre. La chemise s'ouvrit jusqu'en bas, faisant sauter tous les boutons. Oups ! Espérons que Enrique savait faire de la couture. Helen sourit et promena ses doigts fins sur ce torse viril à souhait. Caressant d'abord le tatouage en forme de croissant de lune sur son pectoral gauche du bout de l'index, elle se pencha pour apposer ses lèvres gourmandes dessus. C'était autant un signe de respect que d'amour. Ses cheveux détachés chatouillèrent la peau du seigneur le temps de cette manoeuvre.
Puis la belle jeune femme se redressa pour faire de nouveau face à Richard. Et là, sans plus aucune hésitation ni demi-mesure, elle se jeta sur ses lèvres pour lui donner un baiser dont ils devraient tous les deux se souvenir pendant longtemps, amenant sa langue dans la bouche de son roi pour venir jouer avec la sienne.

_________________
Wild Wild Woman
Nul ne s'est attaqué à elle sans qu'il s'en soit repenti.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Lun 8 Aoû - 18:33

Elle se rendait ? On ne voulait pas qu'elle se rende ! Ce n'était pas comme si c'était une bataille que quelqu'un devait gagner de toute manière, c'était un chemin à prendre ensemble. Certes, lui non plus ne savait pas ou tout cela les mènerait, il faut dire qu'ils n'avaient jamais vraiment discuté, et les sentiments, la plupart du temps, cela passait au travers. D'autant plus quand on avait leurs places dans la Confrérie, peut-être aussi pour cela qu'ils n'avaient jamais pris le temps de se poser, ou aussi le fait qu'aucune de leurs relations jusqu'à maintenant n'avait vraiment marché. Enfin toujours est-il que cela n'était pas une bataille de toute manière, ils étaient ensembles dans le même bateau, unis en quelque sorte. Il haussa un sourcil en la voyant arracher la chemise, elle était pressée dites donc ! Une belle chemise toute neuve, dommage. Elle finit rapidement au sol en fait, autant ne pas être ennuyé par cela n'est-ce pas ?

Il frissonna quelque peu, sentir ses lèvres sur son corps, le sien si proche, on la voulait maintenant, mais cela ne serait pas vraiment quelque chose de nouveau, plus quelque chose de brutal dans ce cas, et ce n'était pas ça qu'il souhaitait. Leurs lèvres se joignirent à nouveau, enflammées, le baiser s'éternisa, devenant plus profond, dans tous les sens du terme, se cherchant, se bataillant au travers de ce baiser, on se donnait complètement d'ailleurs. Ses mains ne restèrent pas sans rien faire, les premiers boutons de la chemise de la demoiselle furent vite défaits, mais en ayant complètement marre, il les fit tout simplement sauter, déchirant celle-ci.

De toute façon à peine un baiser fut terminé, qu'un autre reprenait le dessus, leurs bouches se cherchant, avidement, en demandant toujours plus, se moulant l'une à l'autre, se mouvant l'une contre l'autre, leurs langues se mêlant, offrant un ballet propre à eux, se cherchant, se narguant, prodiguant milles et un plaisirs, et dire que cela n'était que des baisers. Sa respiration se fit plus saccadée, elle le rendait dingue, son propre corps réagissait, frissonnant à chaque fois qu'elle posait ses mains sur lui, et en même temps, il avait chaud, et se sentait à l'étroit dans son jean.

Ses mains revinrent se placer dans son dos, prodiguant quelques caresses sournoises, notamment lorsqu'il fut temps de se débarrasser de ce sous vêtement hautement encombrant, que l'on appelait un soutien-gorge. Au moins ses mains félonnes réussirent leur travail, et comme attirées de nouveau par cette peau si tentatrice, commencèrent leur voyage vers de nouvelles terres, de nouveaux horizons, caressant, tâtant, titillant même les zones mises à nu par l'élimination de ce sous-vêtement. Ses lèvres se détachèrent des siennes, quelques instants, autant pour reprendre quelque peu ses esprits que pour reprendre sa respiration, et il se permit quelques mots en la fixant, droit dans les yeux.


"Depuis six ans, je repense à ça, tu n'as pas intérêt à repartir comme la dernière fois, je te mets ta fessée."

Sourire malicieux pour l'occasion même si ses premières paroles étaient on ne peut plus sincère, sauf qu'il ne pouvait s'empêcher de tout tourner à la dérision ou au sarcasme en fait. Enfin ils seraient peut-être mieux dans le lit non ? A vrai dire, personne n'y pensait pour le coup, au contraire reprenant ses lèvres d'assaut dans un long et langoureux baiser, il la fit basculer lentement en arrière, qu'elle se retrouve au sol désormais, doucement, on n'était pas là pour se faire du mal quand même. Tel un traître il mit fin au baiser, gardant ce sourire aux lèvres, avant de commencer une lente et longue descente, le long de son cou, de légers baisers, puis de prendre la place de ses mains qui s'insinuaient sournoisement jusqu'à son pantalon à elle, histoire de la mettre un peu plus à l'aise vous comprenez, ses lèvres reprenant la place laissée vacante par ses mains, cette poitrine qui lui était offerte et sur laquelle, il se faisait un plaisir de venir y déposer ses lèvres. Le désir, la passion, juste faire monter tout cela, tout n'était pas qu'une histoire de sexe, bien que tous les deux le souhaitaient, et ce n'était pas le but qu'un seul d'entre eux prenne son pied, mais les deux. A deux c'était beaucoup mieux, et plus c'est long, plus c'est bon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Helen L. Enestia
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 629
Age : 30
Célébrité : Evangeline Lilly
Avatar © : ^^
Doubles-Comptes : Léa M. Delaunay



Journal de Bord
Age du Personnage : 29 ans
Patronus : Cygne noir
Métier :


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Lun 8 Aoû - 23:34

Quand Richard arracha son chemisier, Helen ouvrit la bouche de consternation muette. Mais la surprise passée, elle retrouva son sourire malin. Déjà trop déchaînée, elle ne pensa pas tout qu'elle aurait bonne mine devant les membres de sa base en sortant de cette chambre avec un vêtement complètement déchiré. Il pouvait tous les mettre en lambeaux s'il voulait.
Pendant qu'elle lui caressait la nuque tout en l'embrassant furieusement, elle sentit les mains de son partenaire remonter dans son dos pour dégrafer son soutien-gorge. Quand il y parvint d'un geste expert, elle s'en débarrassa en même temps que son chemisier qui ne cachait de toutes manières plus grand chose. Elle marqua une pause pour regarder avec une certaine excitation les mains de son séduisant partenaire venir caresser la chair dévoilée. Desserrant les lèvres, elle poussa un petit soupir d'aise. Son corps réagit immédiatement en durcissant les auréoles brunes de ses seins. C'était comme si ces mains leur avaient manqué et qu'elles voulaient saluer leur retour.
S'apercevant que Richard la fixait, la belle plongea ses yeux émeraude dans les siens. Il voulait dire quelque chose, elle pouvait le sentir.

_ "Depuis six ans, je repense à ça, tu n'as pas intérêt à repartir comme la dernière fois, je te mets ta fessée."

Le sourire malicieux qui s'était peint sur les lèvres du seigneur acheva de la faire craquer. Comme elle, il avait manifestement compté les années. Cela voulait dire beaucoup de choses mine de rien. Et puis, il venait de lui avouer que ce souvenir l'avait hanté tout ce temps. Mieux : il avait manifestement regretté son départ un peu précipité. Il la fit rire avec cette histoire de fessée. Au fond, c'était comme s'il venait de lui faire une déclaration d'amour. On pouvait traduire ses paroles en « Depuis 6 ans je ne pense qu'à toi et j'espère bien que tu sera là demain matin après notre nuit de folie, et encore le lendemain et le lendemain qui suit » etc... Est-ce qu'Helen avait envie de se réveiller à coté de lui après leur petite affaire maintenant qu'elle savait que c'était son souhait ? Tu parles que oui ! Le fait qu'il avance en premier ses sentiments la déchargeait d'un grand poids. Elle n'avait plus à se torturer les méninges pour savoir si vouloir être avec lui était une faiblesse ou pas. Elle voulait toujours être meilleure que lui mais puisqu'il étalait ses sentiments – même à mots couverts – elle pouvait bien baisser sa garde jusqu'à faire la même chose, non ?

A moins qu'il ne s'agisse d'un piège... Cette sotte pensée fut noyée dans le baiser féroce que Richard lui donna. Elle sentit son corps basculer en arrière et comprit qu'il voulait l'allonger sur le sol. Après une seconde de résistance (les habitudes ont la vie dure), elle se laissa faire docilement. Avec une langueur dévoluée, elle plaça ses mains sur le sol au dessus de sa tête et ferma les yeux pour se concentrer uniquement sur ses mains fortes qui la caressaient avec envie. Quand elle sentit les baisers de son partenaire descendre dans son cou, elle se mordit la lèvre inférieure pour réprimer un soupir d'aise. Puis les mains de Richard glissèrent jusqu'à sa taille et elle contracta ses abdominaux par réflexe. Les baisers enflammés descendirent sur sa poitrine offerte et la chair de poule macula bientôt sa peau. Incapable de demeurer passive plus longtemps, elle glissa les doigts d'une de ses mains dans les cheveux de Richard et posa l'autre sur son épaule. L'un des baisers particulièrement bien placé lui provoqua une sorte de spasme qui la fit se cambrer sous lui et échapper un léger gémissement. Comme elle avait dans l'idée que ce n'était pas le pire son que Richard lui ferait produire dans l'heure à venir, elle dirigea une de ses mains tremblantes jusqu'à un étui à sa ceinture pour se saisir de sa baguette magique. La pointant vers le plafond, elle marmonna la formule Assurdito avant de laisser retomber son bras. De la magie jaillit de l'instrument et engloba la pièce toute entière en glissant sur les parois. A présent, ils pouvaient faire autant de bruit qu'ils voulaient, même quelqu'un qui aura les oreilles collées à la porte n'entendrait rien du tout. Bizarrement, Helen eut une pensée pour Enrique et ses oreilles de vampire super évoluées. Même lui ne percevrait plus un murmure. Elle se demanda si l'idée qu'elle puisse profiter de ce moment pour tuer le Seigneur de la guilde effleurerait son esprit ou s'il avait déjà compris que tout ce qu'elle voulait au fond c'était lui, bien vivant et en elle.

La jeune femme laissa tomber sa baguette magique par terre à coté de sa tête et porta de nouveau sa main à sa ceinture pour cette fois-ci se saisir très lentement d'un poignard. Surtout pas de geste brusque. Oui, car si il y a quelques heures encore elle se sentait capable de lui plonger une lame dans le coeur, cette idée avait complètement déserté son esprit. En fait, elle plia les genoux pour ramener ses jambes à portée de sa main armée et coupa d'un coup sec les lacets de chaque botte avant de s'en débarrasser. Vu la hauteur des bottes, cela aurait pris une éternité de les délacer et elle voulait occuper son temps à de choses plus... passionnantes. Elle n'aurait qu'à les réparer avec un sort quand ils auraient fini.

Au contraire de la baguette qu'elle avait abandonné comme un vulgaire jouet, Helen prit grand soin de reglisser le poignard dans son étui et de reclipser le bouton pression qui l'y maintenait. D'un mouvement souple du pied, elle envoya sa botte gauche dans le décor, puis la droite. Passant sa langue sur ses lèvres, la jeune femme fit descendre ses mains jusqu'au bouton du pantalon de Richard et le défit avant de faire glisser la fermeture éclair, libérant ainsi un petit peu la pression qu'il devait subir à cause de l'excitation somme toute naturelle. Elle attrapa l'élastique de son boxer et d'un seul mouvement puissant du bassin et des épaules, elle fit leur deux corps coller jusqu'à se retrouver au dessus de lui. Comme l'endroit état toujours très étroit, elle se cogna le coude à la commode au passage mais elle ne le sentit presque pas. Allongée sur lui, elle se remit à l'embrasser furieusement tout en insinuant une main sous l'élastique du boxer pour aller s'enrouler autour de son membre saillant. Décolant ses lèvres de la bouche de Richard, elle fit dégringoler des baisers dans son cou – où elle laissa d'ailleurs un suçon – puis suivit du bout de sa langue le tracé de sa trachée jusqu'au nombril. Puis elle approchait de son ventre et plus elle sentait le membre qu'elle tenait dans sa main gonfler.
Elle se redressa pour le regarder dans les yeux et lâcher avec un petit sourire malin :

_ Ca fait six ans que j'attends ça alors c'est moi qui te donnerait la fessée si tu me donnes une raison de m'en aller.

_________________
Wild Wild Woman
Nul ne s'est attaqué à elle sans qu'il s'en soit repenti.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Mar 9 Aoû - 8:04

On ne cherchait plus vraiment à réfléchir désormais, c'était comme si on était pris dans une sorte de tourbillon avec elle, juste les sensations comptaient au final, l'un comme l'autre, il n'avait pas l'air de vouloir se passer de ce corps contre lui, il en avait envie, il avait envi de le découvrir, de toujours sentir sa peau contre la sienne. On commençait sérieusement à être serré au niveau de son jean, l'excitation du moment peut-être, il n'avait pas remarqué tout ce qu'elle avait fait en fait, il la sentait bouger bien sur, mais il continuait sa douce torture, sa poitrine toujours aussi généreuse lui était offerte, et il ne pouvait s'empêcher de la dévorer des lèvres, ses mains, s'occupaient déjà du jean, le déboutant quelque peu, mais à vrai dire, il n'eut pas plus de temps que cela avant de se retrouver dans sa position. Les positions s'inversèrent finalement et il se retrouva en dessous, elle au-dessus de lui, féline, dominatrice, il sourit, malicieusement la voyant ainsi. Leurs lèvres se joignirent à nouveau pendant quelques instants, alors que ses mains expertes visiblement, continuaient le travail, notamment en espérant le soulager en déboutonnant le jean, malgré tout, le boxer n'arrangeait rien du tout à son excitation du moment.

Il soupira d'aise, son corps frissonnant sous les caresses, les baisers, dingue l'effet qu'elle pouvait finalement avoir sur lui n'est-ce pas ? On ne pouvait pas dire qu'habituellement il ressentait cela, non, à vrai dire, peut-être qu'il n'y avait qu'avec elle, qu'il réagissait ainsi. En tout cas, il eut assez de lucidité, pour récupérer son étui à baguette, qui apparemment avait vite dégagé de son bras pour prendre sa baguette, et lancer quelques sortilèges coupants pour dégager ces rangers, au moins les lacets en fait, puis de faire valser ces dites chaussures dans la pièce sans chercher à savoir ou elle pourrait atterrir. Mais par la suite, tout devint totalement incohérent, il faut dire qu'en la voyant venir l'embrasser sur le torse et descendre petit à petit et sa main dans le boxer, il se raidit, le souffle court, elle avait une emprise sur lui, et elle avait l'air de le savoir, son excitation avait encore augmenté, elle devait le sentir désormais. Il grogna notamment par ce qu'elle faisait, une torture, c'était une véritable torture désormais.

Mais il n'allait pas se laisser faire malgré tout, ses mains s'activèrent, elle s'amusait peut-être à venir le titiller sur la partie la plus sensible de son corps, il n'allait pas rester les bras ballants, d'ailleurs, vu qu'il avait déjà ouvert quelques boutons de son jean, l'une de ses mains s'insinua dedans, passant même la barrière du dernier tissu avant sa féminité. Puisqu'elle jouait avec lui, il lui rendrait ce désir également. Son regard était malicieux, même si à l'intérieur, son regard se faisait plus noir de désir, avec cette pointe de chaleur, comme si tout ceci n'était pas qu'une simple partie de sexe en fin de compte, non car c'était bien plus que cela en fin de compte. Certes désormais il avait le jean en bas des genoux, et le boxer allait bientôt suivre vous me direz, et pour elle, il ne lui restait que le bas, mais ce n'était pas que dans le but de s'envoyer en l'air, on le comprenait au travers des paroles qu'ils échangeaient.


"Oh non, tu es là, je te garde, tu n'iras nulle part, on ne fait que commencer."

Le souffle court, la respiration plus soutenue, il continuait de sa main droite de prodiguer quelques caresses au niveau de sa féminité, caressant, titillant, avant de placer un doigt à l'intérieur, de lents mouvements de va et vient, juste faire monter le désir entre eux, après tout, elle le faisait bien avec lui. Mais ce n'était pas assez en fait, il en voulait toujours plus. Il se redressa, pour qu'ils se retrouvent l'un contre l'autre, leurs corps quasiment collés, et il l'embrassa à nouveau, approfondissant le baiser, recommençant ce ballet incessant entre leurs langues, sa main ne quittant pas l'endroit, se collant contre elle, il la voulait c'était certains. Détachant quelque peu ses lèvres, il reprit d'une voix fiévreuse.

"Je crois qu'on a un intrus, ton jean."

On la collait contre lui, son autre main placée sur ses fesses, comme si finalement malgré les barrières de vêtements qui restaient encore, on voulait approcher au maximum de l'union de deux corps, sa propre excitation devant se sentir contre elle, c'était tendu, insoutenable, une telle pression, on attendait d'être libéré, qu'elle le libère de ce fardeau, que tous les deux finissent ce qu'ils venaient de commencer, qu'ils s'aiment en quelque sorte, encore heureux qu'elle avait lancé un sort pour éviter que ceux à l'extérieur entendent quand même ! Car actuellement, on ne pouvait pas dire que ce soit très calme, même lui par moment gémissait vu la torture qu'elle lui infligeait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Helen L. Enestia
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 629
Age : 30
Célébrité : Evangeline Lilly
Avatar © : ^^
Doubles-Comptes : Léa M. Delaunay



Journal de Bord
Age du Personnage : 29 ans
Patronus : Cygne noir
Métier :


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Dim 14 Aoû - 23:36

Quand Helen sentit la main de son partenaire s'insinuer dans son jean, elle prit une profonde inspiration et se mordit la lèvre inférieure pour retenir un gémissement.

_ "Oh non, tu es là, je te garde, tu n'iras nulle part, on ne fait que commencer."

« Je te garde ». Malgré la situation qui avait monté d'un seul coup en intensité, les paroles étaient encore douces. Romantiques même. Paradoxalement, la jeune femme eut envie de griffer celui qui en était à l'origine. Elle aurait tellement aimé savoir s'il était sincère ou non. Cela lui aurait permis de se laisser aller complètement et de goûter au bonheur parfait. Au lieu de cela, elle devait faire avec la crainte absurde que Richard soit en train de se jouer d'elle, de l'abuser pour l'endormir et... gagner ? C'était ce que ressentait Helen mais gagner quoi au juste ? Pour quoi concourraient-ils déjà ? Devenir le meilleur assassin ? Qu'est-ce que leurs sentiments avaient avoir avec les disciplines auxquelles ils s'étaient exercés, comme le maniement des armes, les sortilèges et l'art du camouflage ? Au fond, Helen savait que si elle se laissait aller à ses tendres sentiments et que Richard avaient feint les siens, elle deviendrait son plus beau meurtre. Le meurtre parfait. Le meurtre sans arme et sans plaie extérieure. Son coeur serait brisé en millions de morceaux et il aurait gagné à jamais, car elle ne pourrait pas surmonter la douleur de cette trahison.
Toutefois, refuser la possibilité qu'il puisse être sincère lui semblait aussi stupide qu'y croire. Elle était plutôt jolie. Intelligente. Cultivée. Après tout, pourquoi ne pourrait-elle pas lui plaire ?

Cette réflexion fut totalement éclipsée de son esprit par le doigt malin que Richard fit pénétrer en elle. Elle ouvrit la bouche et planta les ongles de sa main gauche dans la chair de son épaule. Lorsqu'il se redressa, elle ôta sa main de son membre vibrant pour l'accueillir dans la chaleur de ses bras et le serrer fort contre elle. Caressant d'abord le creux de son cou du bout du nez, elle leva la tête pour venir mordiller légèrement le lobe de son oreille gauche.
Quand il l'embrassa, toutes ses suspicions insensées quittèrent son esprit Il lui paraissait impensable que le seigneur soit bon acteur au point de feindre cette avidité. Il aimait la toucher. Il avait envie d'elle à l'égale proportion de la réciproque.

_ "Je crois qu'on a un intrus, ton jean."

Helen esquissa un sourire amusé et caressa la joue et le cou de son partenaire. Essayant d'ignorer le bien que lui prodiguait le doigt aventurier de Richard, elle se trémoussa sur place pour extirper ses longues jambes de son pantalon moulant. L'excitation rendait ses gestes maladroits et le fait qu'elle n'aille pas assez vite l'agaça. Elle voulait vite retourner contre cet homme. Lorsqu'elle y parvint enfin, elle le jeta à travers la pièce sans regarder où il atterrissait.

_ Parle pour toi, lui susurra-t-elle malicieuse.

Mais elle ne lui laissa pas l'initiative de s'occuper de ses propres affaires. Elle acheva de virer son jean déjà sur les chevilles de toutes manières, et attrapa hardiment l'élastique de son boxer pour l'écarter et le glisser vers le bas, prenant bien garde à ne pas exercer de pression sur son membre dressé qui ne demandait qu'à pouvoir un peu respirer. Richard dut l'aider en soulevant un peu ses fesses de terre et elle balança également le sous-vêtement à travers la chambre. Il était nu, elle en string noir avec une légère décoration en dentelle. Les yeux dans ceux de Richard, elle lui sourit d'abord avant de baisser la tête pour jeter un oeil à ce qui se passait contre son ventre plat. Elle se souvenait qu'il était bien membré mais en faire une nouvelle fois la constatation de ses yeux attisa encore plus son désir pour lui – si c'était possible. Elle descendit une main taquine jusqu'à lui et effleura son extrémité. Elle était partagée entre l'envie que se faire câliner encore un peu et celle de le supplier de la prendre tout de suite.
Comme folle, Helen se jeta au cou de Richard pour lui donner un baiser furieux et ardent. Après avoir laissé sa langue jouer avec la sienne, elle fit descendre ses baisers dans son cou, puis sur sa clavicule gauche, sur ses pectoraux. Elle mordilla tout doucement un téton avant de descendre toujours plus bas son visage et ses baisers. Tigesse, elle laissa une petite morsure sur son ventre. Elle n'était plus qu'à quelques centimètres de la partie la plus sensible de l'anatomie d'un homme. Pour l'énerver un peu, elle souffla doucement dessus et ne put s'empêcher de sourire en voyant le membre s'agiter encore plus. Puis elle se pencha encore et déposa un baiser sur ce gland qui frémit sous ses lèvres. Elle lui donna un coup de langue pour l'exciter encore plus, même si elle se doutait qu'il ne tiendrait plus bien longtemps, et se redressa pour venir lover son visage dans le cou du seigneur.

_ Si cela s'ébruite, tous les assassins d'Europe vont venir tenter de me tuer, murmura-t-elle sur un ton égal qui montrait assez bien qu'elle énonçait une constatation qu'elle venait de se faire à elle-même et non une crainte. Qu'ils viennent...

Richard devait comprendre là où elle voulait en venir. Si les assassins apprenaient que le commandant de la base européenne couchait avec le seigneur de la guilde, la plupart d'entre eux penseraient que c'est ce qui lui avait valu cette nomination à de hautes fonctions et, déchargés de la crainte qu'elle soit meilleure qu'eux, ils viendraient réclamer un combat à mort pour essayer de prendre sa place de dirigeante.
Étonnamment, mourir n'était jamais une chose qui lui avait fait peur. Elle n'avait jamais accordé d'importance à sa propre vie. Seulement là, alors que Richard la tenait dans ses bras, elle se disait qu'elle serait bien restée ainsi jusqu'à la fin des temps. En vie et avec lui.

_________________
Wild Wild Woman
Nul ne s'est attaqué à elle sans qu'il s'en soit repenti.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Lun 15 Aoû - 13:15

On avait chaud, très chaud, encore plus quand elle envoya valser son jean. A dire vrai actuellement, il était difficile pour lui ne pas faire dégager toute cette pression qu'il avait dans le boxer. C'était dur, et cela ne voulait qu'une seule chose, sortir, être à l'air libre et la trouver elle. La respiration haletante, on se laissait porter, à vrai dire, la passion, le désir prenait le dessus sur la douceur, désormais, les gestes fébriles étaient terminées, c'était plus une excitation particulière qui prenait place. Il suffit de voir que lorsqu'elle lui dégagea le reste de ses vêtements, il était encore plus tendu que ce qu'il ne croyait. Oui, il était mis à nu, et il n'avait pas honte, il y avait clairement une visibilité sur son envie d'elle. On ne jouait pas, ce n'était pas son style, et puis ce n'était pas qu'une partie de sexe. Si cela avait vraiment été que cela, cela se serait passé depuis longtemps, ils auraient remis le couvert depuis longtemps si c'était juste pour s'envoyer en l'air, pour baiser. Mais non, ce n'était pas ça, après tout, ils avaient attendu six ans quand même !

Mais bien vite ce genre de pensées devinrent complètement ignorées, mis au fin fond d'un placard, au fond de sa mémoire. Tout d'abord, par ses baisers, plus ardents, plus brulants qu'autre chose, leurs langues se mêlant, dansant ensemble, jusqu'à ce que le besoin de souffle ne se fasse sentir en fin de compte, il ferma les yeux, ses mains, dont l'une qui avait été occupée avec sa féminité vinrent se placer dans ses cheveux, tandis qu'elle le torturait, attisant d'avantage cette passion, ce désir entre eux. Il grogna quand elle le griffa même légèrement, et quelle ne fut pas sa réaction quand elle vint le titiller sur ses propres arguments masculins. Qu'elle ne commence pas à jouer là-dessus ? Cela finirait bien trop vite en tout cas, d'autant plus qu'elle le mettait au supplice et qu'actuellement, il n'y avait pas plus redressé que lui, tout cela pour revenir à un moment un peu plus tendre entre eux, quand elle se lova dans son cou, contre lui, la sentir à nouveau si tendre, ce mélange de chaud et froid, il soupira d'aise quelques instants, lui faisant redresser la tête pour la regarder.


"Ce moment est à nous, rien qu'à nous, personne ne le saura, personne ne sera au courant, notre vie privée ne les concerne en rien, encore moins quand je te fais l'amour."

Sourire malicieux avant de déposer un tendre baiser sur ses lèvres. Oui il avait bien dis, faire l'amour après tout, et pas seulement baiser. Enfin le baiser bien que tendre, se prolongeant, s'approfondissant, passant le barrage de ses lèvres pour titiller sa langue, jouant avec, il ne pouvait plus tenir, la preuve, il la fit s'allonger quelques instants, avant de descendre sur elle, embrassant sa poitrine, ses seins, mordillant ses tétons, les léchant avant de descendre jusqu'à ce petit culotte qu'il fit descendre, et qu'il jeta n'importe ou dans la pièce à vrai dire. Il vint placer sa tête entre ses lèvres, ses lèvres prenant la place de son doigt de toute à l'heure, sa langue s'immisçant quelques instants, elle était prête également. Il se recula légèrement, avant de la faire revenir contre lui, l'un contre lui, son propre sexe se frottant contre son intimité, attisant d'avantage le désir entre eux. Il n'attendait désormais qu'un signe de sa part, si elle souhaitait continuer ou non, il n'obligeait à rien pour le moment, pas tant qu'ils ne s'étaient pas encore unis bien sur. On lui laissait une chance de sortir.

"Dernière chance."

Dernier regard vers elle, le sien étant empli de désir, refoulé peut-être, en tout cas, si elle ne disait rien ou ne filait pas, il viendrait en elle, il s'unirait à elle, une nouvelle fois, après ces six années tout simplement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Helen L. Enestia
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 629
Age : 30
Célébrité : Evangeline Lilly
Avatar © : ^^
Doubles-Comptes : Léa M. Delaunay



Journal de Bord
Age du Personnage : 29 ans
Patronus : Cygne noir
Métier :


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Lun 15 Aoû - 17:36


(Animal – Neon Trees)
Here we go again, we're sick like animals, we play pretend
You're just a cannibal and I'm afraid I won't get out alive
No, I won't sleep tonight
Oh, oh, I want some more
Oh, oh, what are you waiting for?
Take a bite of my heart tonight

"Ce moment est à nous, rien qu'à nous, personne ne le saura, personne ne sera au courant, notre vie privée ne les concerne en rien, encore moins quand je te fais l'amour."

Helen était sans voix. La tendresse que Richard montrait pour elle ne pouvait définitivement pas être feinte. Sa déclaration était si mignonne qu'elle sentit le rouge lui monter aux joues et resserra ses bras autour de son cou pour venir humer le parfum naturel de son corps. Elle caressait sa nuque quand elle sentit qu'il faisait basculer vers l'arrière. La jeune femme se laissa docilement faire, s'agrippant à lui quand même un peu parce qu'elle ne voulait pas quitter sa chaleur. Quand son dos reposa sur le sol, elle se pinça les lèvres en présageant le traitement qui l'attendait. Elle vibra tout le temps que Richard resta sur elle, à explorer son corps de ses lèvres hardies, et, au prix d'une contorsion élémentaire, caressa lentement le dos de son partenaire avec le bout du pied. Lorsqu'il trouva ses lèvres muettes, elle gémit et chercha quelque chose à quoi s'agripper et écrabouiller dans sa main pour répercuter l'excitation que cela faisait naître au plus profond d'elle mais ne trouva que le pied de la commode, qui heureusement résista à sa pression. Elle eut un sursaut en sentant la langue partir en exploration et étouffa un nouveau gémissement en se mordant le dos de la main droite. Ils savaient y faire pour s'exciter mutuellement ces deux-là !
Helen se laissa docilement ramener à lui pour atterir de nouveau entre ses bras et collée à son corps. C'était fou ce qu'elle pouvait y être bien ! Elle se demanda s'il la resterait y rester un peu après. Peut-être, puisqu'il escomptais discuter de tout cela au lieu de se séparer sans un mot, comme s'ils avaient commis un acte répréhensible. Comme la première fois en somme. Mais bref ! Sa conscience commençait à sérieusement vaciller ce qui fit qu'elle ne fut pas totalement sûre d'avoir bien entendu ce que Richard lui dit.

_ "Dernière chance."

A en juger par la manière dont il s'était figé et la fixait dans les yeux, il lui demandait son assentiment pour la suite. Dernière chance de quoi ? De se dégager de son étreinte, de remettre ses vêtements et de retourner dans ses appartements toute seule ? … JA-MAIS ! Même sous l'emprise du sortilège d'Impero.
Helen secoua lentement la tête de gauche à droite alors qu'un sourire étirait ses lèvres. D'un geste vif, elle plaqua une main sur la nuque de Richard et fondit sur sa bouche comme un oiseau de proie pour l'embrasser.

_ Prend-moi, espèce d'idiot ! pouffa-t-elle entre deux baisers avec toute la tendresse du monde.

Cependant, incapable d'attendre plus longtemps sans doute, la belle ne lui laissa pas l'initiative. Elle descendit une main jusqu'au membre au garde à vous et lui donna son ordre de mission en le plaçant à l'entrée sa féminité. Elle souleva le bassin et écarta un peu plus les jambes pour commencer à s'empaler sur lui. Elle y allait lentement pour savourer chaque centimètre, ne cessant d'ouvrir et de refermer la bouche alors qu'aucun son n'en sortait. Elle se pelotonna contre son meilleur ennemi et lui donna un baiser fiévreux. Elle se cambra en essuyant une onde de plaisir et croisa ses jambes dans le dos de son partenaire pour appuyer légèrement sur ses fesses dans le but de le faire pénétrer encore plus profondément en elle.
La descente aux enfers était si savoureuse... Et encore, ils ne bougeaient pas encore.

_________________
Wild Wild Woman
Nul ne s'est attaqué à elle sans qu'il s'en soit repenti.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Lun 15 Aoû - 17:49

"On dirait que tu es bien plus impatiente que moi."

Il sourit malicieusement, les désirs de Madame étaient des ordres après tout, mais visiblement, c'était surtout elle qui était pressée pour l'occasion, il ne put que retenir quelques instants sa respiration quand finalement il entra en elle, la pénétrant, tandis qu'elle se collait à lui, se resserrant contre lui, approfondissant cette union. Il était en elle, il le sentait, oui, c'était bon, il l'embrassa comme s'il était dans un état second on dirait, la laissant se cambrer tandis que ses mains se posaient sur ses hanches. Et dire que pour l'instant personne ne bougeait encore, laissons lui le temps de s'habituer à sa présence en elle. C'était étroit, juste bien pour lui, comme si elle était faite pour lui. Plus vraiment besoin de parler désormais, seul le contact restait en fin de compte. On laissa passer quelques instants, le temps qu'elle s'habitue à ce qu'il soit là, en elle, avant de commencer à bouger, lentement, des mouvements de va et vient, lents, rien ne pressait, il pouvait la voir se bouger, se cambrer.

Cela ne faisait qu'attiser d'avantage son désir, appuyant d'avantage quand elle redescendait pour plonger au plus profond d'elle, encore et toujours, se perdre en elle en quelque sorte. On y allait doucement, ils avaient le temps, il fallait que les deux y prennent du plaisir après tout, un léger baiser sur ses lèvres, la respiration haletante, tandis que doucement le rythme continuait, ressemblant pour le moment à une simple danse, à une simple valser, quelques coups de rein, une sorte de tendre câlin en fin de compte. Il allait et venait, l'observant à chaque instant, prenant pour le moment le temps de la détailler, de l'observer, il serait bien assez temps par la suite d'augmenter le rythme juste pour laisser parler ses envies du moment n'est-ce pas ? Il l'embrassa à la naissance de son cou, ses mains continuant de vouloir imposer un rythme, plus besoin de paroles désormais, de toute façon juste les actions comptaient actuellement.

Le rythme commença doucement à s'accélérer, parfois même il donnait de puissants et rapides coups de rein avant de ralentir le rythme, plus lent, mais aussi plus long, on alternait, on haletait, tant d'efforts finalement, le coeur qui battait à cent à l'heure, mais pour l'instant tout ce qu'on voulait c'était de la prendre là, dans la chambre, lui faire l'amour, l'amener aux confins du plaisir, un acte charnel en somme. C'était bon et on profitait de chaque instant, de légers sons sortaient, des grognements, un peu de gémissement, le plaisir que cela procurait, on avait attisé un feu ardent entre eux, et ils ne tarderaient pas à exploser vu comment ils s'étaient chauffés et il voulait exploser en elle. Bouger en harmonie avec elle, un rythme que tous les deux suivaient, leurs corps qui se "claquaient" l'un contre l'autre, du sexe au final, rien d'autre, il la prenait là, et ce serait quand elle voudra pour la prochaine fois, il n'en aurait jamais assez après tout. C'était trop bon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Helen L. Enestia
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 629
Age : 30
Célébrité : Evangeline Lilly
Avatar © : ^^
Doubles-Comptes : Léa M. Delaunay



Journal de Bord
Age du Personnage : 29 ans
Patronus : Cygne noir
Métier :


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Lun 15 Aoû - 22:00

Bien plus impatiente que lui ? Ce n'est pas ce que semblait dire le membre raide qui s'était introduit en elle avec autant de facilité qu'un couteau dans du beurre. Il avait retrouvé le chemin vers la maison comme s'il ne l'avait jamais oublié toutes ces années et avec l'entrain que celle une impatience extrême provoque.
Helen pencha la tête en arrière pour laisser Richard embrasser son cou. Il savait exactement quoi faire. C'était à croire qu'il avait lu son mode d'emploi. Elle sentait ses grandes mains sur ses hanches, accompagnant le mouvement que ses hanches avaient commencé le plus naturellement du monde.

Lorsque son partenaire se retira presque pour pénétrer une seconde fois en elle, Helen lâcha un gémissement de plaisir tout à fait excitant. Elle déroula ses bras du cou de son amant et descendit ses mains pour caresser son torse fort et solide comme elle aimait. Elle flatta le tatouage du croissant de lune sur son pectoral gauche et en dessina la courbe du bout de l'index avant de remonter cette main dans ses cheveux coupés courts et s'insinuer ses doigts parmi les mèches pour les crisper autour. D'une légère traction, elle fit pencher la tête de son homme en arrière et en profita pour butiner sa gorge. Elle donna un baiser à sa pomme d'adam et descendit ses mains jusque sur ses fesses pour les caresser. Elles étaient fermes et douces.

Alors qu'elle essayait pourtant de demeurer silencieuse, un coup de reins plus fort que les autres lui arracha un « oh oui » soufflé et plaintif. Constatant que son rythme cardiaque avait grimpé en flèche, elle posa une main au niveau du coeur de Richard pour voir s'il ressentait la même chose que oui et elle fut ravie de la réponse. Il y avait un véritable orchestre à l'intérieur de lui.

Au bout de quelques minutes, alors qu'elle se sentait sur le point de venir et voulant justement retardé encore un peu la douce échéance, Helen rabattit ses jambes sur le coté et exerça une pression sur le torse de Richard pour que ce soit à son tour de s'allonger sur le dos. Assise à califourchon sur lui et sa virilité, elle posa d'abord ses mains sur les genoux du jeune homme en se penchant en arrière. Pendant le laps de temps où elle maintint cette position, elle n'eut plus le plaisir de l'avoir sous les yeux mais elle eut celui de se faire pénétrer encore plus profondément. Elle finit par lâcher les genoux de Richard pour aller lui prendre une main et la porter à son visage pour la faire caresser sa joue. Les mains de cet homme la rendaient folle. Même cette caresse qu'elle forçait était savoureuse.
Un nouveau « oh oui », plus aigu et moins étouffé que le précédent, perça le simili-silence qui s'était installé. Installée sur lui, c'était elle qui donnait les coups de reins à présent. Elle n'en pouvait plus de soupirer d'aise et de gémir de plaisir. Elle alternait puis mélangeait les deux.

_________________
Wild Wild Woman
Nul ne s'est attaqué à elle sans qu'il s'en soit repenti.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Mar 16 Aoû - 7:54

C'était insoutenable et en même temps quelque chose de merveilleux dirons nous, on suivait le cours de leurs mouvements, le rythme s'accélérait pour ralentir à nouveau, on se laissait porter par chacun de ses gestes, se laissant faire, bien rare à vrai dire. Il se retrouva bien vite sur le dos, c'était à elle de prendre les commandes. Soufflant, il la vit prendre une position lui permettant d'entrer encore plus profondément en elle, comme si c'était possible, c'était chaud, c'était humide, on ne tiendrait plus très longtemps, elle menait le rythme de la danse effrénée cette fois, ses mains se posèrent sur ses hanches, accompagnant finalement les mouvements de va et vient, observant ce doux balancement à chaque fois qu'il s'enfonçait en elle, le désir montait en flèche, beaucoup trop par moment, il caressa sa joue, sur son impulsion doucement, son autre main restant sur ses hanches, comme s'il voulait suivre les mouvements qu'elle mettait en scène.

Il grogna, soupirant d'aise même, c'était intense, et ces gémissements ne faisaient qu'attiser d'avantage le désir qu'il avait d'elle. Comme s'il n'avait pas été rassasié en fin de compte. Malgré tout, et bien que ce soit des plus réjouissants de la voir à l'oeuvre, aux commandes et y prendre du plaisir, il finit par se redresser, l'embrassant voracement au passage, avant qu'à son tour, il ne la couche au sol. Il stoppa net toute avancée en elle, tout mouvement, restant quelques instants à la regarder dans les yeux. Il était au-dessus d'elle, encore en elle, rien n'était fini pour le moment. Gardant son regard ancré dans le sien, il se retira de sa position, sortant de son intimité quelques instants avant de revenir, s'enfonçant d'avantage dans un puissant coup de rein.

Posant une main sur l'une de ses hanches, il reprit le rythme des pénétrations, gardant le visuel sur elle, venant même parfois effleurer ses lèvres, malgré tout, il ne pourrait pas toujours résister à la tentation d'en vouloir toujours plus comme à cet instant. Pour preuve, il commença à accélérer le rythme, de puissants coups de rein, s'enfonçant complètement en elle, elle qui s'offrait à lui, il ne tiendrait plus très longtemps, c'était trop bon pour qu'on puisse encore se retenir très longtemps. Le rythme s'accélérait alors qu'on s'accrochait à elle, le souffle saccadé, les gémissements qu'on avait à chaque fois, et quelques paroles murmurées, entre deux respirations rapides.


"Je ne vais plus tenir très longtemps."

Il n'était pas un surhomme, et dans un tel état d'excitation, il était logique qu'au bout d'un moment la pression soit trop forte. Elle était le désir incarné, l'envie permanente, et nul doute qu'on allait bientôt se lâcher, on voulait qu'elle soit sienne, qu'elle sente qu'il n'y avait qu'elle qu'il s'abandonnait ainsi, se répandre en elle, complètement. Il voyait son corps bouger à chaque mouvement, sa poitrine, tout l'excitait à cet instant, il avait tout simplement faim d'elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Helen L. Enestia
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 629
Age : 30
Célébrité : Evangeline Lilly
Avatar © : ^^
Doubles-Comptes : Léa M. Delaunay



Journal de Bord
Age du Personnage : 29 ans
Patronus : Cygne noir
Métier :


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Mer 17 Aoû - 23:59

Il arrive un moment, dans ce genre de scène, où le plaisir physique atteint un tel niveau qu'il n'est plus vraiment ressenti par l'être humain, où son intensité échappe à tous ses sens. Helen venait d'arriver à ce point, à ce moment où elle s'était laissée complètement submergée par son désir et où le silence c'était fait dans sa tête. Mais alors qu'elle s'apprêtait à accuser la vague de plaisir qui suivait toujours, fulgurante et puissante, Richard cessa son mouvement de va-et-vient quelques secondes pour rester au dessus d'elle immobile, lui laissant ainsi le temps de récupérer toute sa sensibilité au niveau du bas ventre et toute son conscience du moment présent. Puis il la pénétra encore d'un puissant élan qui la fit gémir. C'était trop bon. Il était trop bon. Ils étaient trop bons. Tous les deux ensemble. C'était comme s'ils avaient un moyen de communication bien à eux qui ne s'encombrait pas de mots. Comme une connexion psychique plutôt.

Les coups de reins de Richard se firent plus violents. Sous lui, Helen le laissa faire absolument ce qu'il voulait avec elle. Aucun autre homme n'aurait pu en dire autant. Sa poitrine sursautait au rythme des pénétrations et des soupirs brisés les ponctuaient. Elle se délectait d'être son partenaire grogner de plaisir contenu. Elle avait crispé les doigts de sa main gauche dans ses cheveux et avait posé sa main droite sur sa hanche étroite pour l'encourager et accompagner le mouvement.

"Je ne vais plus tenir très longtemps." murmura-t-il en deux bouffées d'air.

Helen hocha frénétiquement la tête. Elle s'en fichait. Elle voulait qu'il jouisse en elle, maintenant. Elle voulait le sentir se répandre en elle, avoir un peu de lui en elle. Elle voulait qu'il la comble d'amour et de désir. Elle voulait qu'il l'aime.
Se rapprochant de son oreille, elle y glissa ces mots :

_ Alors cède. De toutes façons, j'ai cru comprendre que ce ne serait pas la dernière fois...

Ce qu'il avait tout à l'heure, qu'il ne voulait pas qu'elle se sauve après leurs ébats, il le pensait n'est-ce pas ?
Helen calcula rapidement à quel moment de son cycle elle en était et conclut qu'il n'y avait pas de risque qu'elle tombe enceinte après ce petit rapprochement. Elle planta ses ongles dans la chair tendre de la nuque de Richard et gémit :

_ Reste...

Histoire de lui indiquer que c'était bon pour elle. S'il avait envie de, vous voyez, gardez ses positions quoi.
Il y eut encore quelques coups de reins profonds - la température de la chambre avait du grimper d'au moins vingt degrés – puis Helen sentit soudain un liquide tiède l'envahir. Elle stoppa tout mouvement pour s'accrocher au cou de son amant et poussa un cri de délivrance qui venait du fond du coeur. Son coeur battait à tout rompre pendant que le seigneur déchargeait toute sa pression en elle. Elle passa de longues minutes la bouche entrouverte, appliquée à ressentir seulement l'immense plaisir qui l'avait submergée. Ses grands yeux étaient clos.

Sentant que Richard commençait à sortir de sa transe pour se mettre à bouger, elle souleva tout à coup les paupières et se jeta au cou de son partenaire pour lui donner un long baiser langoureux, comme si elle craignait qu'il n'en veuille plus après ce qui venait de se passer entre eux. Elle se tortilla elle-même sous lui pour le faire sortir d'elle et resta un moment sur le sol à le regarder. Il était beau. Pas de cette beauté parfaite et énervante qui font les princes charmants dans les contes pour enfants. Sa stature était forte comme s'il avait été taillé pour pouvoir tout supporter. Helen leva les deux mains pour caresser son torse musclé. Il lui plaisait son Richard. Il lui plaisait beaucoup.
Cherchant à tâtons le drap du lit juste à coté d'eux finalement, elle parvint à l'attraper et le tira jusqu'à elle pour pouvoir s'envelopper dedans. Les jambes un peu flageolantes, la jeune femme parvint à se lever et fit quelques pas dans la pièce. Elle devait lutter contre son instinct qui lui disait de mettre les voiles. Mais Richard ne lui avait pas donné de bonne raison de partir, n'est-ce pas ? Ce serait même plutôt le contraire. Alors elle revint près de lui et s'assit au bord du lit, le drap toujours noué au dessus de sa poitrine. Elle le regarda avec un mélange de crainte et d'amour, avant de se pencher vers lui pour lui donner un léger baiser sur les lèvres. Elle aimait leur texture. Le noeud de sa robe improvisée se défit sans prévenir et le drap dévoila ses seins en tombant sur ses hanches. Loin de s'en soucier après ce qui venait de se passer, Helen continua de fixer Richard dans les yeux.

_ Tu regrettes ?
demanda-t-elle finalement parce qu'elle n'arrivait pas à déchiffrer le drôle d'éclat que le jeune homme avait au fond des yeux.

_________________
Wild Wild Woman
Nul ne s'est attaqué à elle sans qu'il s'en soit repenti.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Jeu 18 Aoû - 8:11

Il y a des moments ou la pression était trop forte, il y a un moment ou même un homme ne pouvait plus se retenir, et son désir l'emportait sur le contrôle qu'il avait encore un tant soi peu sur lui. Se serrant contre elle, au rythme des mouvements, de ses paroles, il relâcha la pression, jouissant entièrement en elle. Il n'était pas du genre à exalter dans un râle saugrenu tout le plaisir de pouvoir être délivré de toute cette pression, il n'y eut qu'un grognement appréciatif, alors qu'il se répondait en elle. Elle lui faisait perdre la tête, ils n'avaient même pas pensé à se protéger en plus, mais de toute manière, il y a six ans, cela s'était passé de la même manière vous me direz. Restant encore un peu en elle, il finit cependant par se décaler, ne voulant pas qu'elle accuse son poids sur elle, avant de s'étaler à ses côtés, malgré le peu d'espace. Il était ruisselant de sueur, la respiration saccadée. Il souriait. Cela avait encore été mieux qu'il y a six ans en fin de compte.

Il la fixa pendant quelques instants alors qu'ils se remettaient de leurs émotions, mais il voyait bien qu'elle ne savait pas quoi faire, il fallait toujours qu'elle soit active, la preuve, elle se releva avec le drap du lit, on ne faisait qu'observer alors qu'on se trouvait au sol. Elle était belle, magnifique, désirable, encore à cet instant et certainement pour longtemps. Il finit quand même par se relever, l'intensité du moment leur avait fait dépenser beaucoup d'efforts physiques dirons nous, mais regretter ? Pourquoi est-ce que l'on regretterait n'est-ce pas ? Il gardait cette lueur au fond des yeux, ce n'était pas simplement parce qu'on avait cédé, qu'on avait remis le couvert, si on regrettait vraiment il se serait rapidement rhabillé, alors qu'habituellement, il se trouvait encore totalement à poil, devant elle, sans aucune gène en fin de compte.

Il vint s'installer à côté d'elle sur le lit, elle lui avait posé une question après tout, il voyait bien qu'elle ne savait pas encore à quoi s'en tenir n'est-ce pas ? Il la fixa pendant quelques instants, elle simplement elle, pas son corps qui était de nouveau visible, même si c'était un corps parfait. Il vint déposer ses lèvres, comme elle l'avait fait précédemment, délicatement, légèrement avant de prendre la parole.


"Je n'ai pas regretté il y a six ans malgré les circonstances, pourquoi je regretterais maintenant ?"

Elle se posait beaucoup trop de questions n'est-ce pas ? Ce n'était pas franchement le moment pour cela, il y avait un temps pour tout, un temps pour les questions, un temps pour tout mettre à plat, et pour le moment, se reposer cela serait une bonne solution même si en se dévoilant à nouveau, il avait de nouveau envie de venir picorer cette chair qui lui faisait face. Une main passa autour de ses épaules, avant de l'attirer contre lui, avant de basculer sur le lit complètement, la gardant contre lui, la sentir de nouveau contre lui, sans forcément qu'ils en abusent en repartant dans un rodéo sexuel.

"Tu te poses trop de questions, j'en avais envie, tu en avais envie, on parlera plus tard, pour l'instant reposons nous et j'adore t'avoir nue contre moi."

Sourire malicieux pour l'occasion, tandis que l'une de ses mains caressait tendrement son épaule, ses lèvres déposant un baiser dans ses cheveux. Le temps de la passion, de l'ivresse du sexe était passé, place un peu à autre chose de plus tendre et de plus doux, bien sur, personne ne parlait encore de sentiments, après tout, ce n'était pas vraiment leur genre de déballer cela comme ça, d'autant plus que Richard dans ce genre de situation était plus doué avec les gestes qu'avec les mots, peut-être pour cela qu'ils les avaient fait se coucher, sans intention aucune, juste l'avoir contre lui pour un repos bien mérité. De toute façon c'était un véritable foutoir dans cet appartement désormais. Merlin qu'ils avaient été bestiaux quand même, de vrais junkies en manque.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Helen L. Enestia
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 629
Age : 30
Célébrité : Evangeline Lilly
Avatar © : ^^
Doubles-Comptes : Léa M. Delaunay



Journal de Bord
Age du Personnage : 29 ans
Patronus : Cygne noir
Métier :


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Dim 21 Aoû - 1:11

Quand Richard se remit debout, Helen ne put empêcher son regard de courir sur son corps sculptural. Il était beau comme une statue de l'antiquité. Rien qu'à le regarder, elle sentit une nouvelle bouffée de chaleur la prendre et dut détourner les yeux pour ne pas lui sauter dessus, histoire de refaire un tour de manège.
Le seigneur vint s'asseoir sur le lit si près d'elle que leurs cuisses se collaient. La jeune femme retint son souffle et hésita avant de jeter un coup d'oeil dans sa direction, presque timidement. Lorsqu'elle le fit, elle eut la surprise de le voir se pencher vers elle pour déposer un baiser sur ses lèvres. C'était délicat et doux. Inattendu.

_ "Je n'ai pas regretté il y a six ans malgré les circonstances, pourquoi je regretterais maintenant ?"

« Parce qu'il y a six ans, nous n'étions personne » eut-elle envie de lui répondre. Mais rien, sinon de l'air, ne sortit de sa bouche.
Elle avait beau soutenir son regard à présent, elle ne parvenait pas à le déchiffrer pour autant. Elle y lisait un mélange de tendresse et de je-ne-sais-quoi qu'elle ne parvenait pas à identifier, pour la bonne raison qu'elle ne l'avait jamais vu auparavant. Les hommes ne la regardaient pas comme Richard le faisait en ce moment. Soit elle leur inspirait de la crainte, soit de l'envie, soit du respect. Pas ce mélange bizarre de sentiments tous doux et sucrés qui lui donnaient follement envie de goûter.

Le seigneur passa un bras dans son dos nu et posa une main sur son épaule. Helen le laissa l'attirer en arrière pour se retrouver allonger sur le matelas.

_ "Tu te poses trop de questions, j'en avais envie, tu en avais envie, on parlera plus tard, pour l'instant reposons nous et j'adore t'avoir nue contre moi."

La jeune femme rougit bêtement alors qu'elle sentait son partenaire donner un baiser à ses cheveux. Cette tendresse était merveilleuse. Elle gonflait son coeur de bonheur... C'est vrai qu'elle se posait trop de questions ! Par exemple, même dans un moment aussi beau, elle ne pouvait pas s'empêcher de se demander si ce n'était pas une ruse de Richard pour la ramollir et prendre l'avantage sur elle. Une part d'elle-même hurlait : « Mais bordel de m*rde ! Pourquoi est-ce qu'il ferait ça ?! Ça l'avancerait à quoi ? » Il n'y avait aucun fondement à ce raisonnement. Seulement une sorte de psychose qui la poussait à croire que, puisqu'elle l'avait choisi comme ennemi et rival il y a des années, il avait du faire pareil.
Et puis elle se dit qu'elle n'avait qu'à se laisser aller et prétendre ensuite avoir joué la comédie au moment où Richard abattrait ses cartes et montrerait qu'il avait bluffé. Helen était suffisamment bonne actrice pour réussir à lui faire croire qu'elle aussi jouait la comédie. Aussi décidait-elle de faire ce qu'elle avait envie.

Helen commença par se tortiller un peu pour se débarrasser sur drap et bascula sur le coté pour coller son corps contre celui de son partenaire. Elle passa un bras par dessus son torse et abandonna sa main sur son pectoral gauche pour donner une caresse puis deux au tatouage dénonçant son appartenance à la guilde. Elle passa une jambe entre celles de son homme et lova sa tête dans le creux de son cou.

_ On devrait faire ça plus souvent, lâcha-t-elle avec un sourire amusé.

Elle n'était pas sûre de parvenir à se reposer. Elle avait peut-être peur de se réveiller toute seule et de ne jamais savoir si c'était un rêve ou la réalité.
La jeune femme se campa sur un coude pour pouvoir observer le visage de Richard. Elle ôta sa main de son pectoral pour aller caresser sa joue du bout des doigts. Puis elle se pressa un peu plus contre lui pour déposer un baiser sur ses lèvres et reposa sa tête dans le creux de sa nuque pour humer son parfum.

A se tenir si près d'un corps masculin et immobile, Helen sentit de nouveau son envie de lui grimper dessus la reprendre. Mais il étaient trop bien comme ça; juste allongés. Les bras de Richard étaient comme un berceau fait à son exacte mesure. C'était parfait.

L'espagnole laissa filer au moins cinq minutes de silence avant de se manifester à nouveau. Elle avait beau aimer cette situation plus que n'importe quelle autre au monde, elle ne pouvait tout de même pas s'empêcher de lui demander, une pointe d'inquiétude mal dissimulée dans la voix :

_ Qu'est-ce qu'on va faire ?

_________________
Wild Wild Woman
Nul ne s'est attaqué à elle sans qu'il s'en soit repenti.



Dernière édition par Helen L. Enestia le Dim 21 Aoû - 13:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Richard D. Rahl
Loup-garou sous calmants


Messages : 3204
Célébrité : Sam Worthington
Avatar © : By Vio
Doubles-Comptes : Ethan O'Connell ¤ Enrique J. Toledo



Journal de Bord
Age du Personnage : 30 ans
Patronus : Une Panthère
Métier : Assassin


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Dim 21 Aoû - 6:34

Elle était la tentation incarnée, encore là, elle jouait, attisant de nouveau, certainement sans le savoir, un brasier entre eux, mais ils n'allaient pas remettre le couvert si tôt quand même, on dirait qu'elle était insatiable, gourmande à l'impossible, en voulant toujours plus. A vrai dire, de son côté ce n'était pas vraiment mieux, il laissait ses mains parcourir son dos, dans de douces et fines caresses, avant que ce soit sur son bras. A vrai dire, c'était rare de le voir si tendre, il ne l'était jamais, mais en même temps, c'était certainement plus qu'une partie de jambes en l'air qui s'était jouée à cet instant, enfin pour lui. Il ne se posait pas tellement de questions les concernant, un peu comme s'il vivait au jour le jour, de toute manière, rien n'était vraiment très clair entre eux. Cela ne l'avait jamais été de toute manière, ils n'avaient jamais mis les choses à plat.

Il rit légèrement quand elle lui dit qu'ils devraient faire cela plus souvent. Est-ce qu'elle serait de nouveau en manque actuellement ? En tout cas la sentir se coller de nouveau contre lui, comme si elle arrivait parfaitement à trouver sa place, cela avait un doux sentiment à ses yeux, elle n'avait finalement plus peur de s'approcher trop près de lui, ou plutôt de se laisser quelque peu aller en sa présence, encore heureux après ce qui s'était passé. Mais elle avait l'air de laisser ses défenses de côté pour une fois, fort bonne chose, vu qu'il faisait de même de son côté. Peut-être pour cela qu'il reprit après ce léger baiser sur les lèvres la parole.


"Je ne dirais pas non pour qu'on fasse d'autres expériences. Dans un but scientifique, bien entendu."

Sourire amusé pour l'occasion avant de resserrer légèrement son étreinte, c'était bon de l'avoir de nouveau contre lui, il savait qu'il avait encore envie d'elle, tout son corps l'appelait en ce moment, son parfum naturel l'enivrait actuellement, mais il était peut-être encore un peu tôt pour recommencer, ils pouvaient bien profiter d'un peu de tendresse non ? Les secondes défilèrent ainsi, faites de douces caresses, et de légers baisers par moment, on dirait d'ailleurs, qu'aucun des deux ne pouvait s'empêcher de venir à nouveau se titiller dans les baisers, comme si la lutte n'était jamais finie. Peut-être pour cela qu'il tenait à elle, le fait qu'elle soit si farouche, si fière, si joueuse, son égal en somme. On ne l'avait jamais personnellement perçue comme une concurrente ou une rivale, elle oui, les circonstances avaient fait qu'ils s'étaient battus pour un même titre en quelque sorte, mais pour lui, cette petite vendetta entre eux, ça ne l'intéressait pas.

Qu'est-ce qu'ils allaient faire ? A propos de quoi ? La Confrérie ? Ou d'eux ? Ou simplement dans les instants qui vont suivre ? A vrai dire, la question était assez vague malgré tout, il ne savait quoi exactement répondre, c'était comme si elle lui demandait de prévoir ce qui se passerait entre eux et la répercution sur les autres, lui-même n'y avait pas totalement réfléchi pour l'occasion, à vrai dire, c'était même pas du tout vous me direz, alors que répondre à cela ? Et il la savait inquiète, cela s'entendait légèrement dans le ton de sa voix, autant essayer de la rassurer bien qu'il ne sache de quoi sera fait demain.


"Ce qui se passe entre nous ne regarde que nous, les autres, la Confrérie n'a pas besoin d'être au courant. Je ne me mêle pas de la vie privée des autres Assassins et eux ne se mêlent pas de la notre, ça a toujours marché ainsi, cela fonctionnera toujours comme ça. Nous gardons ça pour nous.

Mais sinon j'ai bien une idée de ce qu'on pourrait faire dans les instants qui suivent."


Sourire malicieux pour l'occasion ? Quoi ? On n'était qu'un homme après tout, et de plus, il avait toujours été tenté par elle en quelque sorte, encore plus maintenant, et ce n'était pas la simple envie de la faire sienne, il y avait des sentiments là-dessous, mais est-ce qu'il allait en parler ? Pas aujourd'hui en tout cas, il n'était pas très causant niveau sentiment, à vrai dire, il n'en parlait même jamais. Faudra faire avec tout simplement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Helen L. Enestia
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 629
Age : 30
Célébrité : Evangeline Lilly
Avatar © : ^^
Doubles-Comptes : Léa M. Delaunay



Journal de Bord
Age du Personnage : 29 ans
Patronus : Cygne noir
Métier :


MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   Dim 21 Aoû - 15:25

_ « Ce qui se passe entre nous ne regarde que nous, les autres, la Confrérie n'a pas besoin d'être au courant. Je ne me mêle pas de la vie privée des autres Assassins et eux ne se mêlent pas de la notre, ça a toujours marché ainsi, cela fonctionnera toujours comme ça. Nous gardons ça pour nous. »

Les yeux verts d'Helen s'écarquillèrent et elle eut le réflexe de lui donner une petite tape sur le bras avant de s'exclamer :

_ Évidemment que nous gardons ça pour nous ! Tu peux compter là-dessus. Je mourrais de honte si les assassins venaient à l'apprendre. Non pas à cause de toi mais à cause de ce que tu représentes pour la guilde. Ils se mettraient à douter de ma valeur et, même si je me ferai le plus grand plaisir de me livrer à quelques combats pour leur prouver qu'ils ont tord, je ne veux laisser personne penser que je suis une courtisane simplement parce que j'ai un... un...

Zut ! Elle avait failli dire « béguin pour toi ». Il fallait qu'elle finisse sa phrase autrement. Elle ne pouvait pas lui dire ça quand même...

_ Bref, parce que toi et moi, on a un truc !

A peine avait-elle dit cela qu'elle eut envie de plonger une de ses propres dagues droit dans son coeur. Le sentimentalisme, ce n'était pas vraiment son truc. Son père lui avait appris qu'il valait mieux en faire fi dans ce métier et c'était ce qu'elle avait fait. En revanche, il lui avait également dit que le jour où elle trouverait quelqu'un, il ne faudrait pas qu'elle hésite une seconde. Et il avait ajouté quelque chose au sujet du fait qu'on avait une seule chance et qu'il fallait la saisir. Oui, mais comment savoir si c'était lui ? Elle avait plus ou moins élevé dans l'optique : tout le monde est une cible potentielle alors ne t'attache pas trop aux gens et ne leur donne pas une raison de s'attacher à toi. Le truc, c'est qu'elle avait mis beaucoup d'application dans son exécution et que ça avait trop bien marché. En fait, elle avait sabordé sa propre vie sentimentale.

Il était peut-être temps de changer de sujet, non ? Il ne manquerait plus que Richard veuille réagir à la connerie qu'elle venait de dire. Helen se pressa contre le seigneur et écrasa un long baiser sur ses lèvres. Les mains qu'il baladait dans son dos la chatouillait agréablement. Elle esquissa un sourire et souffla ses mots d'une voix chaude :

_ Tu n'es pas le seul à avoir des idées, figure-toi.

La jeune femme s'embrassa encore mais plus langoureusement cette fois et se redressa un peu pour pouvoir faire descendre ses baisers brûlants dans un cou et sur ses clavicule. D'un geste rapide, elle rassembla ses longs cheveux sur une épaule et envoya sa main caresser le large torse qui s'offrait à elle. Elle quitta l'écrin des bras de Richard pour aller plus bas. Elle couvrit son aine de petits baisers pendant que ses deux étaient restées sur ses pectoraux, en partie pour être prête à le repousser sur le matelas si jamais elle sentait qu'il essayait de se redresser. Elle effleura son glorieux attribut masculin du bout du nez avant de souffler légèrement dessus pour l'asticoter. Puis elle posa le bout de sa langue sur cette peau incroyablement douce. Elle en donna quelques petits coups, sentant peu à peu l'excitation revenir au galop. Alors elle se décida à poser ses lèvres roses dessus pour l'embrasser avec précaution. Ses doigts descendirent jusque sur les hanches de Richard. Il y eut un mouvement ; le moteur semblait rallumé. Sa main gauche enveloppa la virilité de son partenaire et elle posa ses lèvres au bout de celle lui, comme si c'était un micro et qu'elle allait nous chanter quelque chose. Mais au lieu de cela, elle ouvrit la bouche et introduisit le membre du seigneur à l'intérieur. Il était chaud et tendre. Alors que sa main libre quitta sa hanche pour venir caresser caresser l'intérieur de ses cuisses, la jeune femme enfonça la grosseur aussi profondément qu'elle put dans sa bouche, entraînant la peau et découvrant l'extrémité, avant de remonter, puis recommença plusieurs fois. Les vibrations de son partenaire la faisait mourir d'envie.

_________________
Wild Wild Woman
Nul ne s'est attaqué à elle sans qu'il s'en soit repenti.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !   

Revenir en haut Aller en bas
 

I won't keep my head down this time [Richard] - FINI !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: | RPG | Le Monde Magique :: 
Le Reste du Monde
 :: L'Europe
-