Bienvenue sur NOX REVENGE
Forum RPG sur Harry Potter


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Meeting the handsome devil's hand [Helen & Junrei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

 Etherius D. Edolga
Ensorceleur de Rats


Messages : 100
Célébrité : Michael Fassbender
Avatar © : Shiya
Doubles-Comptes : /




MessageSujet: Meeting the handsome devil's hand [Helen & Junrei]   Sam 17 Sep - 17:17



Meeting the handsome devil's hand

Spoiler:
 

_ Vous êtes vraiment un incapable de première classe, Stoievski. C'en est presque brillant ! S'exclama Etherius Edolga devant l'ensemble du personnel du centre de recherche qu'il dirigeait depuis quelques temps. Je ne parviens pas à comprendre le raisonnement qui a traversé votre minuscule cerveau de scrout à pétard au moment où vous avez commis cette erreur monumentale. Vous êtes aussi inutile à ce laboratoire qu'un sèche-cheveux à un strangulot ! C'est décidé, vous êtes viré ! Hors de ma vue !

Le dénommé Stoievski sortit de la pièce sans un mot, la tête dans les épaules et les yeux humides. Au même moment arriva Catriona, le pas léger et dansant, dans une robe blanche interminable qui resta coincée dans la fermeture pneumatique de la porte. La sécurité de l'installation s'enclencha et la porte se rouvrit juste le temps pour elle de dégager le tissu. Après quoi elle se remit à trottiner vers son frère.

_ Pourquoi est-il si triste ?

Etherius attira sa jeune soeur à lui le temps de déposer un baiser sur sa tempe et la libéra pour se tourner de nouveau vers sa table de travail.

_ Parce que je l'ai renvoyé, mon coeur.

_ Pourquoi ?

_ Parce qu'il a commis une grave erreur.

_ Quelle grave erreur ? Voulut encore savoir Catriona en battant innocemment des cils.

On pouvait imaginer des tonnes de raisons car les expériences qui étaient menées dans ce laboratoire nécessitaient une précision et une précaution extraordinaires. Le moindre calcul était vérifié trois fois. Les enjeux et la dangerosité des produits en développement étaient tellement importants que la moindre faute d'attention pourrait être fatale.
Etherius colla son oeil gauche sur la lorgnette d'un microscope et bricola quelques réglages avant de lâcher d'un air absent :

_ Il m'a pris un sandwich avec du pain au sésame pour déjeuner.

Catriona mit la manche de son tricot devant sa bouche pour pouffer de rire puis se colla au dos de son frère pour enlacer étroitement sa taille et posa sa joue contre son homoplate. Elle resta ainsi immobile tout le temps qu'il passa à observer l'échantillon d'on-ne-savait-trop-quoi au microscope tout en griffonnant simultanément ses observations sur un bout de parchemin.
Au bout d'un moment, la jeune fille lâcha Etherius et déclara de but en blanc :

_ Il faut qu'on rentre.

L'alchimiste marmonna quelque chose qui signifiait qu'il n'avait rien écouter et qu'il apprécierait un peu de silence mais Catriona insista en tirant sur la manche de sa blouse blanche.

_ Il faut qu'on rentre maintenant, sinon nous allons les manquer. Viens.

Cette fois, le jeune homme comprit que sa soeur faisait référence à une vision qu'elle venait d'avoir. Il fronça les sourcils et déglutit discrètement. Sans toutefois se détourner de son travail, il demanda :

_ Qui allons nous manquer, Cat' ?

Les lèvres de la demoiselle s'étirèrent en un large sourire – phénomène tellement rare que lui seul aurait suffi à faire céder Etherius – et elle s'exclama joyeusement :

_ Mes amis !

Ses amis ? Il n'y avait que peu de personnes que la jeune Edolga nommait ainsi. En fait, ils étaient trois : Michael, le chef des Archangels, Helen, l'assassin qui l'avait délivrée de ses kidnappeurs à la demande de son frère, et sa peluche géante en forme de lapin blanc. Il était probable que la femme passe les voir car elle ne prenait jamais la peine de s'annoncer au préalable mais Michael devait se trouver quelque part sur la base où ils se trouvaient actuellement. Pourquoi viendrait-il jusque chez les Edolga plutôt que de franchir les quelques portes qui les séparaient ?

_ Il faut qu'on rentre, répéta la demoiselle avec plus d'impatience que les deux premières fois pour le sortir de ses pensées.

Bien qu'il avait encore une foule d'expériences à mener, l'achimiste céda.

***

Le frère et la soeur transplanèrent dans la forêt qui bordait la petite cabane de chasse qui leur servait de maison. Elle était si perdue que même le gibier n'y venait pas. Il fallait avoir une sacrée bonne raison pour franchir les murs de verdure qui la gardaient car ici, la nature reprenait ses droits et n'était clairement pas hospitalière envers les intrus.
C'est main dans la main qu'ils se frayèrent un chemin dans les fougères déjà à moitié aplaties par leurs allers et venues quasi-quotidiennes jusqu'à leur petit porche en bois. Avant même de monter sur la première marche, Etherius sentit qu'il y avait des gens chez lui. Un sizième sens sans doute car rien à l'extérieur ne permettait de le confirmer. Le tapis était bien mis et la porte fermée. Tout était exactement comme il l'avait laissé en partant.

_ Reste derrière moi, murmura-t-il tout bas à sa soeur en la poussant dans son dos avant d'actionner la poignée.

Le hall d'entrée était vide mais il y avait un bruit de conversation dans le salon. Elle cessa quand les propriétaires des lieux pénétrèrent dans la pièce. Helen se trouvait bien là, majestueuse comme à son habitude, dans le grand fauteuil de cuir brun près de la cheminée éteinte. Elle n'était pas venue seule mais comme Etherius l'avait bien supposé, ce n'était pas Michael. C'était une personne qu'il n'avait jamais vue auparavant. Il était petit, enfin plus petit que lui, et dès que Catriona le vit, elle s'écria avant de se mettre à courir vers lui :

_ Junjun !

Il y eut un craquement précédant quoi l'alchimiste disparut de là où il se trouvait et réapparut juste entre sa soeur et l'inconnu alors qu'elle l'avait presque atteint. Catriona s'écrasa contre le dos de son frère qui ne bougea pas d'un cil. Son visage était baissé vers celui du jeune homme qu'il voyait mieux à présent étant donné qu'il n'était plus qu'à quelques centimètres de lui. Leurs souffles se mélangeaient. Etherius remarqua que ses yeux étaient bleus et qu'ils exprimaient une douceur dangereuse.

_ Reste derrière moi j'ai dit, maugréa le propriétaire des lieux à l'intention de sa soeur en fusillant le collègue d'Helen du regard.

Attrapant le bras de Catriona, il s'écarta de ce "Junjun" et reporta son regard orageux sur Helen.

_ Ce n'était plus assez d'entrer chez moi par effraction à ce que je vois, Majesté. Voilà qu'à présent vous conviez aussi de parfaits inconnus à la fête...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

 Helen L. Enestia
Mangeur de Chocogrenouilles


Messages : 629
Age : 30
Célébrité : Evangeline Lilly
Avatar © : ^^
Doubles-Comptes : Léa M. Delaunay



Journal de Bord
Age du Personnage : 29 ans
Patronus : Cygne noir
Métier :


MessageSujet: Re: Meeting the handsome devil's hand [Helen & Junrei]   Dim 23 Oct - 20:31

Helen n'était pas d'excellente humeur aujourd'hui. Elle faisait les cent pas dans le grand hall de sa base, comme un tigre en cage. Pourtant, elle était libre de ses mouvements. Son malheur était seulement qu'elle n'avait nulle part où aller, les ordres de mission se faisant rares certaines semaines et c'est ainsi que, faute de tuer des gens, elle devait tuer le temps.
La jeune femme avait passé la matinée à s'entraîner au lancer de poignard, discipline dans laquelle elle excellait déjà, ce qui n'avait présenté aucun intérêt. Elle s'était ensuite rendue dans la salle aménagée en dojo pour y livrer quelques combats au sabre et aux bâtons avec ses collègues déjà sur place. Hélas, l'ennui avait persisté.

Broyant du noir, elle vit soudain une silhouette bien connue glisser le long d'un couloir adjacent.

_ Ash ! Cria-t-elle en s'engageant sur les traces de son second qui débarquait d'on-ne-sait-où.

Elle eut tôt fait de rattraper le jeune homme qui s'était arrêté pour l'attendre. Junrei Ashdown était son bras-droit sur la base. Elle l'avait personnellement choisi pour ce poste. C'était quelqu'un d'extrêmement rusé et réfléchi. Issus de deux parents assassins, il avait été à bonne école et son talent pour ce métier était certain. De plus, Helen aimait sa discrétion et son sens de l'humour piquant. Quand il lui avait fallu un complice pour aller chercher la soeur d'Etherius dans les bras de ses kidnappeurs, elle avait pensé à lui et c'était d'ailleurs leur réussite qui avait valu à l'écossais de prendre du galon dans la Confrérie.

_ Je m'ennuie. Trouvons quelque chose d'amusant à faire.

Ce disant, Helen haussa plusieurs fois les sourcils en le regardant. Évidemment, elle le charriait. Son intérêt pour lui était professionnel, sans plus. Même si parfois, elle avait l'impression que c'était différent pour Junrei. Elle le bourra du coude et s'engagea dans le couloir qui menait à l'aire de transplanage, sans se retourner pour voir s'il suivait. Elle était certaine que c'était le cas.
Arrivée à destination, la belle hispano-française s'exclama :

_ Je sais ! Nous allons rendre une visite de courtoisie à notre petite amie.

Sans lui laisser le temps de protester, la sorcière attrapa un pan du manteau de son collègue et tira dessus d'un coup sec pour le précipiter contre elle avait d'agripper son vêtement à deux mains et de les faire transplaner tous les deux.


**


Les deux jeunes gens réapparurent au beau milieu d'une forêt. Helen leva le nez vers le ciel qu'on voyait très mal à cause des arbres gigantesques qui les entouraient et examina l'alignement des étoiles pour décider de la direction qu'ils devaient prendre. Elle s'engagea dans les fourrés plein de fougères et d'orties en pestant :

_ Il a installé un système de protection aussi élaboré que celui de notre base pour éviter les transplanages autour de son domicile. On va devoir marcher vingt bonnes minutes avant d'arriver. J'espère que tu as de bonnes chaussures.

Junrei ignorait qui était ce « il ». En fait, lorsque sa chef l'avait emmené en mission de récupération avec elle, elle ne lui avait rien dit d'autres que leur objectif. L'écossais ne savait pas qui était la fille qu'ils étaient allés sauver et il ne savait pas non plus pourquoi. Poser des questions n'avait jamais été le genre des assassins. Aujourd'hui, Helen s'était dit qu'il serait peut-être utile de lui en dire plus et elle avait décidé de le présenter à celui qui les avait engagé il y a quelques mois. Elle savait qu'Etos serait furieux qu'elle ait amené quelqu'un chez lui et l'énerver était un de ses passes-temps favoris. Il faut dire que c'était si facile...

Il s'écoula effectivement une vingtaine de minutes avant qu'ils ne commencent à apercevoir une cabane au milieu des arbres. Aucune lumière ne perçait par les fenêtres mais Helen savait que ça ne voulait pas nécessairement dire qu'il n'y avait personne. Le danois jetait des sorts d'opacité depuis l'intérieur, elle l'avait déjà vu faire.
Toutefois, ce soir-là, il n'y avait effectivement personne. Ils n'eurent même pas à s'acharner sur la porte puisqu'elle était seulement fermée à clef à la façon des moldus. S'ils déclenchèrent une alarme muette, ils n'eurent aucune moyen de le savoir.

Helen s'avança dans le salon et s'installa confortablement dans un fauteuil près de la cheminée éteinte.

_ Met-toi à l'aise, dit-elle à Junrei comme si elle était chez elle. Je pense qu'ils ne vont pas tarder.

La cabane de bois n'était pas du tout décorée. En fait, on aurait douté que quelqu'un vive ici. Pas de photos, pas de bibelots, peu de livres... La cuisine semblait vierge de toute utilisation. Les coussins étaient bien mis sur le canapé comme si jamais personne ne s'y asseyait. Les rebords de fenêtre étaient chargés de poussière et les rideaux bien mis.
Les assassins n'attendirent que cinq petites minutes avant de voir effectivement débarquer les Edolga. Le regard d'Etherius alla d'Helen à Junrei et ses petits yeux bleus se plissèrent. Bingo ! Elle l'avait mis en pétard au premier coup d'oeil. L'écossais put comprendre la situation en reconnaissant la demoiselle qui s'était mise à courir vers lui en exclamant joyeusement le surnom qu'elle lui avait donné. La vitesse à laquelle Etherius transplana pour se mettre entre eux était proprement stupéfiante.

_ Ce n'était plus assez d'entrer chez moi par effraction à ce que je vois, Majesté. Voilà qu'à présent vous conviez aussi de parfaits inconnus à la fête...

Helen pencha la tête sur la droite et lui sourit par provocation.

_ Je me suis dit que vous voudriez peut-être rencontrer la personne qui m'a aidé à sauver votre soeur, comme vous êtes un vrai puits de reconnaissance...

Cela puait l'ironie à trois kilomètres. La jeune femme se rapprocha de son second et posa une main sur son épaule.

_ Alors voilà : Etos, je vous présente Ash, comme je l'appelle. Ash, voici le fameux Etos.

Junrei ne pouvait pas ne pas avoir entendu parler de lui. Cependant, son apparence devrait peut-être l'étonner étant donné qu'on prêtait tant d'inventions méritantes à cet Etos qu'il aurait pu approcher les cent ans. Comme l'existence de la Confrérie, l'existence d'Etos était un mythe pour la plupart des gens. La rumeur parlait d'un sorcier qui aurait compris la Magie au point d'être capable de la créer. Du reste, personne jamais n'avait vu son visage ni ne lui avait parlé. S'il n'était pas venu trouver Helen en personne pour demander son aide, il est probable qu'elle ne l'aurait jamais rencontré non plus.

_________________
Wild Wild Woman
Nul ne s'est attaqué à elle sans qu'il s'en soit repenti.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Meeting the handsome devil's hand [Helen & Junrei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: | RPG | Le Monde Magique :: 
Le Reste du Monde
 :: L'Europe
-